Photos récentes

Monde :


58 pays visités (25,7%)
Create your own visited map of The World

Canada :


6 provinces visitées (46,1%)
Create your own visited map of Canada

 

Humanitaire :

 

Galeries :

 

Sites aéronautiques :

 

Galeries "aviation":

 

Autres sites :

 

Météo :

 


Début - Page précédente - Page suivante - Fin


Montecrestese et Domodossola

27 août 2015

Pierre GILLARD: Domodossola &emdash; 2015-602057

16 mai 2015. Après deux semaines passées à réaliser des reportages au sujet des hélicoptères en Suisse, je ne pouvais manquer de faire un petit détour par le Val d’Ossola en Italie, et par mon "petit coin de paradis" à Masera, comme je l’ai déjà appelé sur ce blogue. Mais le trajet pour m’y rendre n’a pas été sans imprévus ! Quittant Zermatt le vendredi 15 mai sous la neige (!), dans la montée du col du Simplon, on nous informe qu’un camion bloque le chemin et qu’il vaut mieux redescendre pour embarquer l’auto sur le train à Brig pour rejoindre Iselle di Tasquera en Italie. N’étant pas seul dans le cas, plus de quatre heures seront nécessaires avant que la voiture ne soit effectivement sur le train pour effectuer un trajet durant une vingtaine de minutes. Heureusement que j’ai l’ordinateur portable avec moi pour écrire les textes de mes blogues et articles ! Toujours est-il que mes amis à la Casa Tomà m’attendent avec un bon repas réparateur. Le lendemain, je décide de profiter de la belle météo pour explorer une partie du Val d’Ossola que je ne connais pas encore : le village de Montecrestese et les hauteurs au-dessus de celui-ci. Je découvre ainsi un site préhistorique de menhirs ainsi que toute une série de petits villages isolés tous aussi typiques les uns que les autres avec leurs ruelles entre les maisons et fermes en pierre.

Pierre GILLARD: Montecrestese &emdash; 2015-602017

Pierre GILLARD: Montecrestese &emdash; 2015-602025

Pierre GILLARD: Montecrestese &emdash; 2015-602029

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.

Photos : Domodossola - Masera - Montecrestese - Zermatt.

Information précédente au sujet du Val d'Ossola.


Kuala Lumpur

26 août 2015

Pierre GILLARD: Kuala Lumpur - Tours Petronas &emdash; 2015-508158

Du 28 au 31 mars 2015. Au lieu de rentrer directement à Montréal après notre séjour au Vietnam, Louise et moi avions décidé, puisque étant en Asie, d’aller passer quelques jours dans un pays limitrophe. Rapidement, notre choix s’est porté sur la Malaisie et sur sa capitale. Notre premier contact avec ce pays est l’aéroport international de Kuala Lumpur, gigantesque et plein de possibilités d’expansion. Situé loin de la ville, il est une sorte de Mirabel, mais réussi ! Un train rapide nous conduit à la gare KL Sentral où, après avoir déambulé parmi une foule compacte dans plusieurs couloirs et galeries marchandes, nous prenons un monorail bondé pour rejoindre notre hôtel : le Traders.

Pierre GILLARD: Kuala Lumpur &emdash; 2015-508274

Nous avions choisi celui-ci un peu par hasard sur Expédia et, une fois sur place, nous constatons que le choix a été heureux. En effet, il s’agit d’un hôtel de grand luxe quatre étoiles que nous payons pour un prix équivalent à celui d’un établissement deux ou trois étoiles à Montréal. Qui plus est, il est situé juste en face des deux tours Petronas que l’on peut même admirer tout en nageant à la piscine située sous une verrière au 33ème étage !

Pierre GILLARD: Kuala Lumpur &emdash; 2015-508142

Lorsque nous arrivons à Kuala Lumpur, nous tombons en plein dans l’effervescence du Grand Prix de Formule 1 de Malaisie qui se déroule ce week-end-là. Nous observons, d’ailleurs, plusieurs animations liées à cet événement au cours de nos différentes promenades. Par ailleurs, à cette époque de l’année, la mousson est arrivée, mais il ne faut pas trop s’inquiéter et adapter ses visites en conséquence. La règle est toute simple : effectuer toutes les activités d’extérieur en matinée ou en début d’après-midi car, à partir de 16h00 ou 17h00, il se met à pleuvoir violemment et à y avoir des orages, et ce pour environ deux bonnes heures.

Pierre GILLARD: Kuala Lumpur - Tours Petronas &emdash; 2015-507809

Le premier jour est consacré à la visite du centre-ville, KLCC, ainsi qu’aux deux tours Petronas où il faut prendre rendez-vous. Cette dernière visite est admirablement bien organisée en groupes portant chacun un badge de couleur différente. Ainsi quand les rouges ont terminé leur visite d’un étage en particulier, ils laissent la place aux bleus à qui succéderont les jaunes … Simple, mais efficace !

Pierre GILLARD: Kuala Lumpur &emdash; 2015-508228

Le second jour est essentiellement consacré à la visite du musée de l’air local (on s’en serait douté !) tandis qu’au cours de la matinée du jour du départ, nous en profitons pour aller nous promener dans des rues plus populaires et le quartier chinois, centré autour de Petaling Street.

Pierre GILLARD: Kuala Lumpur &emdash; 2015-508239

Nous avons beaucoup apprécié notre bref séjour à Kuala Lumpur, une ville aux multiples facettes tant culturelles qu’architecturales. Surtout, si vous vous rendez en Asie, n’hésitez pas, comme nous, d’y faire escale.

Pierre GILLARD: Kuala Lumpur - Tours Petronas &emdash; 2015-508189

Le bon goût belge en Malaisie

Pierre GILLARD: Annonces et enseignes &emdash; 2015-507762

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.

Toutes les photos de Malaisie.


Visite d’Hô-Chi-Minh-Ville

25 août 2015

Pierre GILLARD: Hô-Chi-Minh-Ville (Hồ Chí Minh Ville - Saigon) &emdash; 2015-507314

27 mars 2015. Qui dit Hô-Chi-Minh-Ville pense inévitablement à la guerre … D’ailleurs, pour qui ignorerait ce tragique événement de l’histoire du Vietnam, de nombreux musées établis en ville sont là pour vous le rappeler. Inévitablement, il y a le musée des vestiges de la Guerre qui est le plus connu et le plus fréquenté. Je vous en parle sur mon blogue aéronautique.

Pierre GILLARD: Hô-Chi-Minh-Ville (Hồ Chí Minh) - Palais de la Réunification (Dinh Thông Nhât) &emdash; 2015-507318

Mais il y a aussi le musée du Palais de la Réunification qui est, en fait, l’emblématique ancien palais présidentiel. À l’intérieur de celui-ci, on peut y voir différents salons d’honneur, de salles de réception ou, encore, des locaux de renseignement et de télécommunication. Un avion et un hélicoptère y sont également exposés, c’est pourquoi j’en parle également sur mon blogue aéronautique, tout comme le musée de Hô-Chi-Minh-Ville que je n’ai pas visité, mais où quelques aéronefs sont également présents dans les jardins.

Toutes les photos du Palais de la Réunification.

Pierre GILLARD: Hô-Chi-Minh-Ville (Hồ Chí Minh Ville - Saigon) &emdash; 2015-507218

Sur un plan moins guerrier, nous allons visiter le magnifique bâtiment de la poste. Celui-ci est un véritable retour en arrière à l’époque de la colonie française, mais dans le bon sens du terme, celui de la préservation du patrimoine. Il est, en effet, assez amusant de voir, par exemple, d’anciennes cabines téléphoniques reconverties en guichets ATM de différentes institutions bancaires !

Pierre GILLARD: Hô-Chi-Minh-Ville (Hồ Chí Minh Ville - Saigon) &emdash; 2015-507232

Autre souvenir du passage des Français, la cathédrale Notre-Dame établie juste en face de la poste. Nous effectuons une brève visite du bâtiment, puis nous continuons notre promenade en ville où buildings modernes côtoient des maisons traditionnelles et coloniales.

Pierre GILLARD: Hô-Chi-Minh-Ville (Hồ Chí Minh Ville - Saigon) &emdash; 2015-507438

Pour conclure en beauté notre séjour au Vietnam, nous assistons au spectacle de marionnettes sur l’eau "Dragon d’Or" (Rông Vàng). Celui-ci est scindé plusieurs tableaux différents représentant des éléments importants de l’histoire, des traditions et du folklore vietnamiens. En plus des marionnettistes, qui manipulent les marionnettes en pataugeant dans l’eau derrière un décor, les scènes sont accompagnées de musique traditionnelle jouée par quelques musiciens. Personnellement, j’ai beaucoup aimé ce spectacle qui, grâce au tourisme, permet de maintenir cette forme d’art séculaire en vie.

Pierre GILLARD: Hô-Chi-Minh-Ville (Hồ Chí Minh Ville - Saigon) &emdash; 2015-507468

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.

Toutes les photos d'Hô-Chi-Minh-Ville.


Saigon by night !

24 août 2015

Pierre GILLARD: Hô-Chi-Minh-Ville (Hồ Chí Minh Ville - Saigon) &emdash; 2015-507178

Du 26 au 28 mars 2015. Avant de rejoindre notre hôtel situé au centre-ville d’Hô-Chi-Minh-Ville, nous effectuons une halte en fin d’après-midi dans une fabrique de cadres laqués, une spécialité vietnamienne. Durant notre visite des lieux, s’abat à l’extérieur une pluie diluvienne, une authentique "drache" selon la définition belge du terme. Heureusement que nous sommes à l’abri !

Pierre GILLARD: Hô-Chi-Minh-Ville (Hồ Chí Minh Ville - Saigon) &emdash; 2015-507193

Une fois le temps de nous mettre en route pour le souper, la nuit est tombée sur la ville et la pluie s’en est allée. C’est "Saigon by night" qui commence ! En fait, dire "Saigon" plutôt "qu’Hô-Chi-Minh-Ville" fait très branché. L’ancien nom réapparaît, d’ailleurs, de plus en plus, sur les enseignes de nombreux commerces.

Pierre GILLARD: Hô-Chi-Minh-Ville (Hồ Chí Minh Ville - Saigon) &emdash; 2015-507479

Le cœur de la ville est en chantier, notamment pour y installer un métro construit par des Japonais. Mais, déjà, plusieurs bâtiments modernes, parfois à l’architecture audacieuse, émergent le long des artères principales. Nous découvrons tout ceci sous de nombreux éclairages durant nos deux soirées passées sur place.

Pierre GILLARD: Hô-Chi-Minh-Ville (Hồ Chí Minh Ville - Saigon) &emdash; 2015-507199

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.

Toutes les photos d'Hô-Chi-Minh-Ville.


Le delta du Mékong

23 août 2015

Pierre GILLARD: My Tho (Mỹ Tho) &emdash; 2015-506576

Du 23 au 26 mars 2015. Après notre visite à Cu Chi, nous entamons pour quelques jours notre découverte de la région du delta du Mékong (đồng bằng sông Cửu Long). Notre première étape nous conduit à My Tho (Mỹ Tho) où nous passons la nuit dans un bel hôtel situé le long d’un des bras du célèbre fleuve.

Toutes les photos de My Tho.

Pierre GILLARD: Vinh Long (Vĩnh Long) &emdash; 2015-506608

Le lendemain matin, nous nous rendons au marché de Vinh Long (Vĩnh Long) où, parmi les nombreux fruits et produits exotiques, nous sommes surpris par les différentes qualités de riz proposées dont les prix varient en conséquence. Un moment donné, je me retrouve même avec un serpent entre les mains ! À l’heure où ces lignes sont écrites, ça fait longtemps qu’il a dû passer à la casserole …

Toutes les photos de Vinh Long.

Pierre GILLARD: Vinh Long (Vĩnh Long) &emdash; 2015-506612

Pierre GILLARD: Vinh Long (Vĩnh Long) &emdash; 2015-506623

En quittant le marché, nous traversons un autre bras du Mékong pour nous rendre chez l’habitant où nous sommes invités pour un somptueux et excellent repas du midi accompagné de vin de riz. Nos hôtes ont l’habitude de voir défiler des Québécois au point de disposer d’un drapeau aux couleurs de la Belle Province ! C’est aussi, pour nous, l’occasion de découvrir l’habitat des Vietnamiens de la classe moyenne.

Pierre GILLARD: Vinh Long (Vĩnh Long) &emdash; 2015-506642

Pierre GILLARD: Vinh Long (Vĩnh Long) &emdash; 2015-506641

Puis, nous reprenons notre minibus à destination de My Khanh (Mỹ Khánh), une sorte de resort à la vietnamienne où nous logeons dans de petits bungalows. En fait, ce sera notre dernière étape avant de regagner Hô-Chi-Minh-Ville. Mais, d’ici là, nous allons explorer les environs. C’est aussi à My Khanh que nous allons goûter au serpent qui, au bout du compte, se révèle ni mauvais, ni franchement bon. Les tronçons de la bestiole se désossent et la viande ressemble à celle du poulet, mais avec, malgré tout, moins de goût.

Toutes les photos de My Khanh.

Pierre GILLARD: Culture et traditions &emdash; 2015-506917

Pour notre première matinée à My Khanh, nous nous rendons en barque à moteur dans un premier marché flottant, histoire de voir comment cela fonctionne, car, le lendemain, nous irons à un autre où nous pratiquerons le troc.

Pierre GILLARD: My Khanh (Mỹ Khánh) &emdash; 2015-506743

Puis, toujours en barque, nous allons visiter une entreprise d’emballage du riz avant d’en voir une autre spécialisée dans la fabrication de nouilles de riz.

Pierre GILLARD: My Khanh (Mỹ Khánh) &emdash; 2015-506834

Pierre GILLARD: My Khanh (Mỹ Khánh) &emdash; 2015-506864

Puis, par des canaux et affluents détournés, nous rejoignons notre resort. Durant l’après-midi, nous effectuons une marche à pied dans les environs, souvent le long de petits canaux à l’ombre des arbres fruitiers. Nous passerons également par un temple dont l’aménagement est tout récent, pimpant et dont les jardins sont magnifiquement entretenus avant de rejoindre le parc à crocodiles attenant à notre resort.

Pierre GILLARD: My Khanh (Mỹ Khánh) &emdash; 2015-506928

Le soir, nous nous rendons dans un restaurant situé à Can Tho (Cần Thơ). Mais avant de nous mettre à table, nous nous promenons sur la berge animée de cette ville connue pour son énorme statue d’Hô-Chi-Minh et qui est la plus importante du delta du Mékong. En août 1967, elle a été le théâtre de violents combats avec les forces américaines qui y disposaient, notamment, d’un important aéroport militaire (Binh Thuy Air Base).

Toutes les photos de Can Tho.

Pierre GILLARD: Can Tho (Cần Thơ) &emdash; 2015-507006

Le lendemain matin, nous repartons en barque pour un autre marché flottant, celui de Phong Dien (Phong Điền). Notre guide, Monsieur Nghi, nous a acheté des produits cosmétiques que nous allons échanger contre des fruits. Pour annoncer clairement notre "raison sociale", des bouteilles de champoing et autres savonnettes sont suspendues sur un mât de notre embarcation. Pour lancer les tractations avec les commerçants des autres barques, je me lance dans la promotion de nos produits, façon "marché au village d’Astérix"! Même si les Vietnamiens ne comprennent pas un traître mot de ce que dit, leur attention est attirée et les négociations de troc débutent avec Monsieur Nghi servant d’intermédiaire. Rapidement, notre marchandise est écoulée et nous disposons d’une belle variété de fruits que nous dégusterons tout au long de la journée.

Pierre GILLARD: My Khanh (Mỹ Khánh) &emdash; 2015-507066

Notre balade fluviale se poursuit par d’innombrables canaux où, à moins d’être du coin ou de disposer d’un GPS, il est quasi impossible de retrouver son chemin. Le calme de l’eau et la lumière du soleil filtrant au travers des arbres sont propices à la photographie. Tout y semble serein et tranquille. C’est d’ailleurs là que je prends la photo qui servira de bannière pour annoncer le Vietnam sur mes blogues.

Pierre GILLARD: My Khanh (Mỹ Khánh) &emdash; 2015-507101

Avant que ne vienne le moment de quitter My Khanh pour notre ultime étape au Vietnam, Hô-Chi-Minh-Ville, nous visitons encore un temple Cao Dai à la décoration assez kitsch. Il s’agit d’un lieu de culte du Caodaïsme, une religion qui prône l’amélioration de l’homme.

Pierre GILLARD: My Khanh (Mỹ Khánh) &emdash; 2015-507164

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.


Cu Chi

18 juillet 2015

Pierre GILLARD: Cu Chi (Củ Chi) &emdash; 2015-506543

23 mars 2015. À peine débarqués de l’avion à Hô-Chi-Minh-Ville en provenance de Da Nang, que nous nous mettons en route pour Cu Chi (Củ Chi). Il s’agit d’un endroit fort visité du Vietnam du fait de ses fameux tunnels qui ont donné du fil à retordre aux Américains durant la guerre. Ces tunnels permettaient aux Nord-Vietnamiens d’apparaître et de disparaître au nez et à la barbe des soldats US qui se faisaient prendre en embuscade à tout bout de champ. C’était aussi l’endroit où les avions américains, au terme de missions, pouvaient aller larguer leurs bombes restantes librement.

Pierre GILLARD: Cu Chi (Củ Chi) &emdash; 2015-506539

Actuellement, un site est dédié à ces vestiges et les touristes peuvent circuler dans certaines portions de tunnels qui ont été élargis afin d’accommoder les XL et XXL ! Tout au long du parcours, des centres d’interprétation expliquent, notamment, les différents types de pièges.

Pierre GILLARD: Cu Chi (Củ Chi) &emdash; 2015-506562

Même s’il s’agit d’un endroit très touristique, il vaut la peine d’être visité, car il permet d’avoir une idée réelle de l’atrocité de la guerre du Vietnam autrement que par la vision truquée des nombreux films traitant du sujet, du navet à la référence cinématographique.

Pierre GILLARD: Cu Chi (Củ Chi) &emdash; 2015-506521

Outre les tunnels, nous avons également été visiter une plantation d’hévéas, les fameux arbres à caoutchouc, qui ont été plantés à bon nombre d’endroits en Asie pour être exploités.

Pierre GILLARD: Cu Chi (Củ Chi) &emdash; 2015-506515

Pierre GILLARD: Cu Chi (Củ Chi) &emdash; 2015-506511

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.

Photos de Cu Chi.


My Son

15 juin 2015

Pierre GILLARD: My Son (Mỹ Sơn) &emdash; 2015-506422

22 mars 2015. Le sanctuaire de My Son (Mỹ Sơn) est situé pas très loin d’Hoi An. Il s’agit d’un site de vestiges de temples chams Hindouistes qui est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour son caractère historique unique. Il n’a, par contre, aucune commune mesure avec le site des temples d’Angkor au Cambodge que j’avais visité l’an dernier, car il est vraiment peu étendu.

Pierre GILLARD: My Son (Mỹ Sơn) &emdash; 2015-506428

Lorsque nous arrivons sur les lieux, Luc, notre guide, est surpris de noter la présence d’aussi peu de touristes sur le site. Tant mieux, car, ainsi, je peux prendre pratiquement toutes mes photos des temples sans "mille-pattes" autour ! Il faut également profiter du spectacle de danse qui se déroule à intervalles réguliers dans un bâtiment situé à l’entrée et qui a pour effet collatéral de littéralement vider les temples des promeneurs !

Pierre GILLARD: My Son (Mỹ Sơn) &emdash; 2015-506437

Durant la Guerre, certains temples ont été endommagés par des bombardements américains qui n’ont jamais vraiment fait dans le détail au cours de ce conflit. Après celui-ci, de nombreuses munitions et bombes ont été retrouvées et le site a dû être nettoyé et remis en état afin que les visiteurs puissent déambuler en toute sécurité. Certaines d’entre elles (inoffensives !) sont d’ailleurs exposées au public.

Pierre GILLARD: My Son (Mỹ Sơn) &emdash; 2015-506414

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.

Photos de My Son.


Hoi An

14 juin 2015

Pierre GILLARD: Hoi An (Hội An) &emdash; 2015-506311

Du 20 au 23 mars 2015. Un voyage au Vietnam ne serait pas un voyage au Vietnam sans passer par Hoi An (Hội An), une petite ville située à une trentaine de kilomètres au sud de Da Nang, sur la rivière Thu Bồn. En se promenant dans ses ruelles, on peut admirer différents styles architecturaux, chinois, français et japonais, notamment. D’ailleurs, une des curiosités de la localité est justement un pont couvert japonais. Mais il y a aussi de nombreux temples et lieux de culte de différentes confessions ainsi que de l’artisanat pour tous les goûts.

Pierre GILLARD: Hoi An (Hội An) &emdash; 2015-506337

Évidemment, Hoi An est un endroit éminemment touristique et tout est organisé pour que le quidam en villégiature, peu importe son origine, y trouve son compte. D’innombrables magasins vendent, d’ailleurs, des souvenirs de tout calibre et de toute couleur qui prendront la poussière sur des étagères partout dans le monde !

Pierre GILLARD: Hoi An (Hội An) &emdash; 2015-506373

Pour ma part, même si je trouve la ville très jolie, son côté hyper touristique m’exaspère un peu. Vu que nous restons à Hoi An pour trois nuits, j’en profite pour me reposer et essayer de soigner un méchant rhume ainsi qu’une horrible toux désagréable que je traîne depuis plusieurs jours, maintenant. Ce sera peine perdue, mais, au moins, on aura essayé !

Pierre GILLARD: Hoi An (Hội An) &emdash; 2015-506385

Mais, si je garde d’Hoi An le souvenir d’un endroit trop touristique à mon goût, je me rappellerai, par contre, toujours l’arrivée à notre hôtel. En effet, c’était le jour de mon anniversaire et les responsables à l’accueil l’avaient remarqué sur la liste des membres de notre groupe qui leur avait été transmise. Résultat : j’ai reçu un énorme gâteau que nous avons partagé tous ensemble le soir. Et comme nous n’en sommes pas venu à bout, nous avons fait quelques heureux dans le patelin !

Pierre GILLARD: Hoi An (Hội An) &emdash; 2015-506402

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.

Photos d'Hoi An.


Da Nang et les Montagnes de marbre

12 juin 2015

Pierre GILLARD: Da Nang (Đà Nẵng) &emdash; 2015-506204

20 mars 2015. Nous quittons Hué pour rejoindre Hoi An (Hội An) par la route côtière. En chemin, nous effectuons quelques arrêts avant d’atteindre Da Nang (Đà Nẵng) et ses grandes étendues de plages magnifiques … lorsque le soleil est présent, comme c’est le cas en cette belle journée. Pour ceux qui ont en mémoire la Guerre du Vietnam, le nom de Da Nang rappelle la présence d’une grande base militaire américaine. Je découvre aussi les vestiges de la base d’hélicoptères de Nuoc Man (Nước Mặn), connue des Américains sous le nom de "Marble Mountain Air Facility" du fait de sa proximité avec les Montagnes de marbre. Je vous parle, bien entendu, de tout ceci sur mon blogue aéronautique.

Pierre GILLARD: Da Nang (Đà Nẵng) &emdash; 2015-506217

Mais ce qui frappe le plus en arrivant à Da Nang, c’est la longue route interminable qui longe la plage et dont la berme centrale est décorée d’innombrables petits arbustes admirablement entretenus et qui on l’air d’être taillés aux ciseaux ! Il y a donc ici un petit air de Californie, l’exubérance américaine, en moins.

Pierre GILLARD: Da Nang (Đà Nẵng) &emdash; 2015-506239

Nous nous arrêtons dans un petit restaurant situé non loin de l’une de ces plages. Celui-ci est implanté dans une zone qui, dans un avenir plus ou moins rapproché, accueillera de nouveaux complexes hôteliers et autres resorts démesurés, ce qui a eu pour conséquence que le propriétaire a dû bâtir un nouvel édifice et déplacer son commerce en bordure d’une rue au bitume neuf, parfaitement rectiligne et située à quelques dizaines de mètres de son établissement original, maintenant abandonné et voué à la destruction.

Pierre GILLARD: Da Nang (Đà Nẵng) - Montagnes de marbre &emdash; 2015-506254

Une fois le repas avalé et une petite promenade sur la plage terminée, nous embarquons dans notre minibus pour visiter les Montagnes de marbre (Ngũ Hành Sơn) toutes proches. Celles-ci sont au nombre de cinq, mais seule celle baptisée "Thuy Son" est accessible aux visiteurs par un escalier comptant 156 marches. À l’intérieur de cette montagne, on peut admirer différents temples et représentations bouddhistes ou hindouistes se trouvant dans des grottes.

Pierre GILLARD: Da Nang (Đà Nẵng) - Montagnes de marbre &emdash; 2015-506272

Durant la Guerre, longtemps à l’insu des Américains, elle a abrité une base et un hôpital Vietcong alors que les GI’s étaient casernés à un jet de pierre de là ! Actuellement, tout autour d’elle se sont implantés des vendeurs de sculptures de marbre qui proposent leurs œuvres du minuscule à l’énorme aux nombreux touristes visitant les lieux. Après avoir admiré les sculptures et, pour certains, acquis l’un ou l’autre souvenir, nous nous mettons en route pour Hoi An.

Pierre GILLARD: Da Nang (Đà Nẵng) - Montagnes de marbre &emdash; 2015-506249

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.

Photos : Da Nang - Montagnes de marbre.


Monsieur Cu, photographe et restaurateur à Hué

25 avril 2015

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-506067

19 mars 2015. Parmi les restaurants favoris où nous amène Luc, notre dévoué accompagnateur, il y a le Mandarin Café. À la vue des nombreux cadres que vous pouvez observer en entrant dans l’établissement, il n’y a pas de doutes, vous êtes aussi chez un photographe, qui plus est de talent. Monsieur Cu, l’auteur des dites photos, a débuté sa vie dans un milieu très modeste comme il l’explique sur son site. C’est un peu par hasard que sa passion pour la photographie s’est développée en prenant des vues des enfants jouant du football sous l’égide de l’association "Football For All in Vietnam (FFAV)". Ayant vécu avec les plus pauvres, il a une certaine vision de la vie courante des Vietnamiens qui transparaît de façon évidente dans ses images. Lorsque vous vous asseyez à une table, on vous invite à consulter ses épais albums de photos et vous pouvez commander l’un ou l’autre agrandissement de celles que vous préférez. De toutes manières, il vous donnera également quelques cartes postales de ses clichés avant que vous ne quittiez le restaurant. À ne pas manquer, donc, si vous passez par Hué. Ah oui, j’oubliais : au Mandarin Café, on y mange très bien aussi !

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-506071

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.

Toutes les photos d'Hué.


Hué

24 avril 2015

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-505904

18 au 20 mars 2015. Notre première journée à Hué se passe sous un soleil de plomb avec des températures flirtant avec le 40°C. Arrivés en matinée par le train, nous partons en début d’après-midi pour un tour du nord de la ville en cyclo-pousse. Du fait de la chaleur, j’éprouve plus que de la compassion pour nos conducteurs, mais pour eux, c’est une question d’habitude. Ils nous emmènent, tout d’abord, voir le marché après avoir franchi le pont Trang Tien (Cầu Tràng Tiền, ex-Clemenceau), qui franchit la rivière des Parfums (Sông Hương) et qui est l’œuvre de nul autre que Gustave Eiffel lui-même. Nous poursuivons notre route dans les ruelles calmes et ombragées de l’ancienne ville et longeons quelques canaux tranquilles. Difficile de s’imaginer que ces lieux ont pu être le théâtre de violents combats lors de la guerre contre les Américains et les Vietnamiens du sud.

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-505922

Les cyclo-pousses nous déposent à l’entrée de la Cité impériale (Đại Nội) qui se situe, elle-même, à l’intérieur de la Citadelle royale (Hoàng Thành), cette dernière étant entourée par un mur d’enceinte et des douves. Le site, ayant subit de gros dommages lors de la guerre, est actuellement en cours de reconstruction. À côté de la citadelle se trouve un petit musée rassemblant des canons, des blindés, trois avions et un hélicoptère que Louise et moi visitons dans la foulée et dont je parle sur mon blogue aéronautique.

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-506029

Le lendemain, la journée débute par la visite de la pagode de la Dame céleste (Thien Mu). Pas facile pour le photographe de prendre des clichés sans que les innombrables touristes chinois et thaïlandais venus en imposants groupes apparaissent sur les images ! Lors de la visite, on tombe inévitablement sur une ancienne Austin bleue exposée dans un abri. Il s’agit, en fait, de la voiture ayant conduit le bonze vietnamien Thích Quảng Đức à Saigon où il s’est immolé par le feu le 11 juin 1963 afin de protester contre les exactions du régime en place. Depuis, cette technique très médiatique a été reprise par des disciples du Dalaï Lama (subsidié par la CIA ?) pour protester contre la reprise du Tibet par la Chine.

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-506023

Sur ce, revenons à Hué ! Un peu plus loin, nous observons de jeunes moines à l’étude … enfin, si l’on veut, car l’un dort sur ses livres et cahiers tandis que ses deux collègues n’ont pas l’air très assidus ! À 13000 kilomètres plus à l’ouest, j’en connais d’autres jeunes qui présentent, finalement, la même attitude lorsqu’il s’agit d’étude. Il y a des choses qui sont universelles !

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-506051

L’étape suivante nous conduit au mausolée de l’empereur Minh Mang (Minh Mạng). Il s’agit d’un parc assez vaste constitué de pavillons, bassins et jardins menant au tumulus sous lequel il serait enseveli. L’endroit est calme et il fait bon s’y promener à l’aise, ce que nous ne manquons pas de faire !

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-506097

L’après-midi est plus dynamique avec un tour à moto dans les environs. Nos chauffeurs sont, en fait, les conducteurs de cyclo-pousses de la veille qui se révèlent, donc, être assez polyvalents ! Une fois casqués et installés à l’arrière de chaque moto, nous voilà partis. Nos chauffeurs sont très habiles et roulent en toute sécurité ce qui élimine certaines craintes que l’on pouvait avoir avant d’embarquer à la vue de la circulation au Vietnam. Notre petit périple débute par la visite d’un ancien pont japonais et de son musée qui lui est adjacent. On nous y montre différents outils et instruments agricoles qui étaient utilisés dans les environs.

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-506137

Au Vietnam, les vestiges de la guerre ne sont jamais loin et l’un de ceux-ci constitue notre prochaine étape : c’est Bunker Hill, une série de sympathiques casemates en béton bien épais dominant la rivière des Parfums. Cette position stratégique a été occupée par les Français, d’abord, et les Américains ensuite. Le site est entouré de jeunes arbres qui donnent un cachet bucolique aux lieux; il y a quarante ans, ce ne devait certainement pas être le cas !

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-506167

L’arrêt suivant n’est guère plus drôle puisqu’il s’agit de l’arène Hô Quyên où des combats étaient organisés au 19ème Siècle entre cinq tigres et un éléphant. Et comme l’éléphant symbolisait le pouvoir impérial, il ne pouvait pas perdre la bataille. Afin que le spectacle se déroule ainsi, les tigres étaient préalablement édentés et dégriffés sans délicatesse … À l’époque, il n’y avait pas de société protectrice des animaux, bien entendu !

Pierre GILLARD: Culture et traditions &emdash; 2015-506159

Ceci clôture notre randonnée à moto dans les environs d’Hué et la découverte de cette ville bien plus calme qu’Hanoi ou Saigon. Le soir, après le souper, nous allons nous promener sur la berge sud de la rivière des Parfums où un marché de nuit est organisé. De là, il est facile d’admirer le pont Tran Tien illuminé par un système d’éclairage dont la couleur varie avec le temps. Je pense que l’ami Gustave aurait aimé ça !

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-506189

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.

Toutes les photos d'Hué.


En train de nuit d’Hanoi à Hué

22 avril 2015

Pierre GILLARD: Hanoï (Hà Nội) &emdash; 2015-505869

17 et 18 mars 2015. Pour nous rendre d’Hanoi, au nord, à Hué, au centre du Vietnam, nous prenons un train de nuit. Lorsque nous embarquons à bord, j’effectue un retour en arrière d’une cinquantaine d’années à la différence qu’il y a la climatisation. Néanmoins, les couchettes sont confortables et les lieux sont propres; finalement, c’est l’essentiel. Louise et moi, nous nous retrouvons dans une cabine à partager avec deux autres personnes. Arrive une Hollandaise encombrée de grosses valises à roulettes charriées par des porteurs. Selon les réservations inscrites sur son billet, elle devrait s’installer sur une des couchettes supérieures tandis que Louise et moi avons une couchette en bas et une autre en haut. La seconde couchette du bas est, quant à elle, réservée par un Vietnamien qui arrivera plus tard. Parlant la langue de Vondel tout comme elle (mais pas avec le même accent, je tiens à le préciser !), j’entame la discussion et elle me fait comprendre qu’elle préfèrerait occuper la couchette du bas, donc celle de Louise. Au vu du gréement de la dame et de son physique peu enclin à effectuer de l’alpinisme pour atteindre la couchette supérieure, Louise, n’écoutant que son bon cœur, accepte de changer de place. Mais à peine installée en bas, ne voilà-t-elle pas qu’elle se met à chialer à propos de l’air climatisé qui lui arrive en plein visage, inconvénient qui n’existe pas en haut ! Trop tard, on ne change plus !

Pierre GILLARD: Vietnam : DSVN - Đường sắt Việt Nam &emdash; 2015-505872

À 20h10 précises, le convoi antédiluvien des chemins de fer vietnamiens se met en route. Nous traversons une partie d’Hanoi et je constate que les passages à niveau ne sont pas automatiques; ce sont des gardes-barrière munis de gilets fluorescents (nous sommes en 2015, ne l’oublions pas !) qui sont en charge de la manœuvre des barrières. Il en sera de même tout au long du parcours. En fait, ceci est un parfait exemple du gouvernement qui s’efforce d’offrir un emploi à chacun. Un autre exemple à ce propos qui m’a frappé est le fait que, sur tous les chantiers, petits ou gros, je n’ai jamais vu de semi-remorques à benne de grosse capacité. Par contre, il y a des nuées de petits camions. Ainsi, pour l’équivalent d’un gros camion conduit par un seul chauffeur, il a quatre personnes qui ont un emploi en conduisant des véhicules de moindre capacité. Impensable chez nous où le rendement est souvent le seul objectif des entreprises.

Pierre GILLARD: Vietnam : DSVN - Đường sắt Việt Nam &emdash; 2015-505874

Même si le train serait digne d’entrer directement dans un de nos musées du chemin de fer, il est ponctuel au point de rendre jaloux les gestionnaires de VIA Rail, de la SNCB ou de la SNCF ! À l’heure dite, donc, nous arrivons en gare d’Hué. Le convoi devant rester un petit bout de temps avant de repartir vers Da Nang, j’en profite pour aller photographier la locomotive. Je constate que nos voitures-couchettes sont les plus luxueuses du train. Certains wagons ont même des sièges en bois et des fenêtres ajourées et grillagées ! Néanmoins, elles permettent à des Vietnamiens à revenu modeste de se déplacer à bon compte. Dans ce genre de situation, tout est à mettre en perspective.

Pierre GILLARD: Vietnam : DSVN - Đường sắt Việt Nam &emdash; 2015-505880

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.

Si les trains au Vietnam vous intéressent, je vous conseille de visiter ce site réalisé par un Australien. Heureusement qu’il existe des passionnés sur terre !

Toutes les photos du train Hanoi-Hué.

Information précédente au sujet de trains.


Communisme 101 à Moc Chau (Mộc Châu)

21 avril 2015

Pierre GILLARD: Moc Chau (Mộc Châu) &emdash; 2015-505694

Dans le très beau village de Moc Chau, nous avons droit à un bel exemple d’activité pouvant illustrer un des aspects du communisme. En effet, les chemins principaux sont actuellement en chantier afin d’être bétonnés. Pour les réaliser, principe est simple : chaque famille habitant sur la rue visée par le chantier fournit deux personnes et c’est le groupe ainsi formé qui conjointement réalise le bétonnage du chemin. Tout le monde coopère : les femmes préparent les mélanges de gravier, de sable et de ciment tandis que les hommes s’occupent de la bétonnière et de la réalisation du chemin. Et personne ne semble de mauvaise humeur de cette réquisition car le bénéfice du travail investi retombe directement sur les familles habitant la rue. Christian, un membre du groupe, et moi-même, en qualité de gars costauds, nous avons même collaboré et fourni notre quote-part en aidant au chargement d’un lourd tuyau en béton sur un petit tracteur ! Personnellement, je ne serais pas opposé à ce que la ville de Longueuil recrute ainsi du monde pour, une fois par année, participer à une activité d’embellissement de notre (laide) rue. Ceci me permettrait peut-être, par la même occasion, de connaître un peu mieux mes voisins habitant à plus de deux maisons de chez nous ou sur le trottoir d’en face !

Pierre GILLARD: Moc Chau (Mộc Châu) &emdash; 2015-505698

Pierre GILLARD: Moc Chau (Mộc Châu) &emdash; 2015-505706

Toutes les photos de Moc Chau.

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.


Le nord du Vietnam et les minorités

20 avril 2015

Pierre GILLARD: Tam Coc (Tam Cốc) &emdash; 2015-PN1040485

Du 14 au 17 mars 2015. Nous quittons Hanoi pour Tam Coc (Tam Cốc), une région connue parfois comme étant la "baie d’Halong terrestre" à cause de ses formations karstiques semblables à celles de la "version maritime". Au pied de celles-ci, les rizières entretenues par des femmes aux chapeaux coniques s’étendent souvent à perte de vue. Pour la première fois depuis le début de notre séjour, il ne pleut pas et c’est tant mieux, car nous avons au programme une balade à vélo suivie d’un tour en barque sur une rivière qui passe, notamment, par plusieurs grottes. Particularité : notre rameur rame avec ses pieds !

Pierre GILLARD: Tam Coc (Tam Cốc) &emdash; 2015-PN1040522

Notre route se poursuit en minibus jusque dans la région de Nho Quan où nous logeons dans un hôtel dont les matelas sont en contreplaqué ! Il paraît que les Vietnamiens aiment dormir "à la dure". Par contre, la nourriture y est excellente. Pourquoi faire étape à cet endroit ? Simplement parce que, juste derrière l’hôtel, débute un des embranchements de la fameuse piste Hô Chi Minh qui servait durant la guerre à ravitailler les troupes vietcongs dans le sud du pays en passant par le Laos et le Cambodge (je vous en avais parlé l’an dernier).

Pierre GILLARD: Nho Quan &emdash; 2015-505462

Le lendemain, nous débutons un parcours de trois jours dans les zones montagneuses peuplées par les minorités des Hmongs fleuris et des Hmongs bleus. En chemin, nous visitons une plantation de thé dont le propriétaire a été étudier la technique à Taiwan. Revenu au pays, il a lancé sa propre affaire après avoir demandé et obtenu des terres du gouvernement. Il produit maintenant un thé d’exception essentiellement exporté à Taiwan, mais de plus en plus ailleurs également (il y a, d’ailleurs, actuellement un paquet issu de cette plantation à Longueuil !)

Pierre GILLARD: Moc Chau (Mộc Châu) - Plantation de thé Mocsuong &emdash; 2015-505525

Nous logeons chez l’habitant à Moc Chau (Mộc Châu) dans une maison sur pilotis typique de la région et fort différente des habitations vietnamiennes traditionnelles souvent étroites et construites en hauteur. Nous sommes chez les Thaïs noirs, une autre minorité du Vietnam. Nous effectuons plusieurs visites du village où l’accueil est absolument chaleureux.

Pierre GILLARD: Moc Chau (Mộc Châu) &emdash; 2015-505679

Le matin suivant, nous nous mettons en route pour Mai Chau (Mai Châu), chez les Thaïs blancs, cette fois-ci, où, là aussi, nous logeons chez l’habitant. Mais, contrairement à la veille, le gîte de Mai Chau est repris dans le Guide du Routard et nous avons inévitablement droit à la compagnie de Français dont un couple venu de Paris qui, d’un air très condescendant, nous affirme trouver les Québécois très sympathiques et leur accent si savoureux. Message à tous ces cons-là : "pouvez-vous arrêter de considérer les Québécois comme vos cousins arriérés, h’stie ? Merci!"

Pierre GILLARD: Mai Chau (Mai Châu) &emdash; 2015-505816

Nos bagages laissés au gîte, nous partons en promenade dans les environs entre rizières, rivière et même un cimetière (pas mal cette fin de phrase !) Nous nous arrêtons pour boire un coup dans une petite échoppe au bord du chemin et, ici aussi, l’accueil est très chaleureux. Heureusement, nous avons notre interprète en la personne de Bình (prononcez "Bing"), la représentante de l’agence de voyages locale qui s’occupe de nos activités dans le nord du Vietnam. Nous apprécions tous sa présence tout au long de cette première partie du voyage. Le soir, une petite troupe de danse, constituée de femmes thaïs blanches, se produit au gîte.

Pierre GILLARD: Mai Chau (Mai Châu) &emdash; 2015-505817

Après une bonne nuit passée à Mai Chau, nous quittons ce magnifique endroit pour rejoindre Hanoi. En chemin, nous nous arrêtons à une fabrique de baguettes qui sont réalisées à partir de bambous. En quelques minutes, ce sont des centaines de ces couverts qui sont produits par des machines datant d’une autre époque, mais toujours fonctionnelles. Christian, un membre de notre groupe, a même la possibilité de conduire un camion venu livrer du bambou et rempli à raz bord.

Pierre GILLARD: Mai Chau (Mai Châu) &emdash; 2015-505829

Toutes les photos : Mai Chau - Moc Chau - Nho Quan - Plantation de thé Mocsuong - Tam Coc - Insolite - Le long de la route.

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.


La baie d’Halong (Hạ Long)

19 avril 2015

Pierre GILLARD: Baie d'Halong (Hạ Long) &emdash; 2015-505112

11, 12 et 13 mars 2015. Nous quittons Hanoi par la route pour la Baie d’Halong, une curiosité emblématique du Vietnam qui était depuis très longtemps sur ma liste de choses à voir depuis que j’avais lu dans ma jeunesse les albums de Buck Danny "Dans les griffes du Dragon Noir" et "Attaque en Birmanie" où une séquence se déroule justement à cet endroit. En chemin, nous faisons halte dans un centre d’artisanat avant de nous rendre aux quais d’Hong Gai. Une embarcation nous mène à notre jonque nommée "Treasure Junk" où nous sommes accueillis par des tambours et percussions qui rappellent la fête du Têt déjà passée depuis quelques semaines. Louise ayant des craintes quant au confort sur la jonque (elle imaginait probablement que nous allions coucher sur de la paille au fond de la cale …), celles-ci ont été vite dissipées à la vue de notre luxueuse cabine équipée d’une salle de bain privée. À ce moment, je ne sais pas encore que ce sera une commodité très appréciée !

Pierre GILLARD: Baie d'Halong (Hạ Long) &emdash; 2015-505013

Puis nous levons l’ancre en nous faufilant parmi un dédale d’autres jonques, toutes repeintes d’une couleur blanche, il y a quelques années, à la demande (exigence) du gouvernement. Il y a même un gros bateau de croisière. Il faut dire que la baie d’Halong est fort prisée par tous les touristes qui visitent le Vietnam et une armada est nécessaire pour contenter tout le monde. Assez curieusement, lors de notre parcours parmi les formations karstiques si caractéristiques de cet endroit extraordinaire, nous ne verrons que très peu d’autres jonques touristiques, et c’est parfait ainsi !

Pierre GILLARD: Baie d'Halong (Hạ Long) &emdash; 2015-505048

Très souvent, les photos dans les guides touristiques ou les prospectus d’agences de voyages vous présentent la baie d’Halong sous un magnifique soleil et un ciel bleu immaculé. Ceci n’est pas loin d’être de la fausse représentation car, la majorité du temps, il fait nuageux, gris et il y a de la bruine ou de la pluie. Notre accompagnateur, Luc, nous le confirme en nous mentionnant qu’il est venu 17 fois à la baie d’Halong et qu’il n’y a vu le soleil que trois fois. Donc, avec les nuages bas et le petit crachin qui vous rafraîchi le visage, nous sommes dans la "normale". Mais, malgré les conditions climatiques humides, le spectacle est magnifique et contente largement le photographe.

Pierre GILLARD: Baie d'Halong (Hạ Long) &emdash; 2015-505347

Le service sur la jonque est irréprochable et les repas proches de la gastronomie. Toutefois, mon estomac, d’ordinaire blindé et à toute épreuve, n'apprécie pas un aliment peut-être avarié. Ce qui fait que je suis K.O. pour toute la nuit et la journée qui suit. D’où l’utilité de la salle de bain privée … Un autre membre du groupe est également incommodé en même temps que moi ce qui validerait la thèse de la nourriture avariée. Mais ce sont des choses qui arrivent et, le second jour, je suis remis de mes émotions.

Pierre GILLARD: Baie d'Halong (Hạ Long) &emdash; 2015-505230

Le matin, nous quittons la jonque pour rejoindre un village flottant de pêcheurs à partir duquel nous effectuons une magnifique promenade en barque. Une dame, coiffée de l’inévitable chapeau conique, assure la propulsion à la rame ! J’apprécie ce moment où l’on peut se rendre compte de la majesté et de la beauté des lieux. Il restera gravé dans ma mémoire à tout jamais (enfin, je l’espère !)

Pierre GILLARD: Baie d'Halong (Hạ Long) &emdash; 2015-505290

Puis c’est le retour sur la jonque qui met instantanément le cap sur Hong Gai. Nous reprenons ensuite la route vers Hanoi en effectuant un arrêt dans une fabrique de perles. Nous passons la nuit dans la capitale vietnamienne avant de repartir le lendemain matin pour de nouvelles aventures !

Pierre GILLARD: Culture et traditions &emdash; 2015-505374

Toutes les photos de la baie d'Halong.

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.


Hanoi (Hà Nội)

18 avril 2015

Pierre GILLARD: Hanoï (Hà Nội) &emdash; 2015-504787

9, 10, 13 et 17 mars 2015. Après avoir passé une vingtaine d’heures à bord de deux avions depuis Montréal (avec escale à Doha), nous arrivons le lundi 9 mars au tout nouveau Terminal 2 de l’aéroport d’Hanoi Nội Bài inauguré le 4 janvier 2015, soit à peine deux mois auparavant. La météo n’est guère encourageante; une petite bruine et des nuages bas nous accueillent pour cette première étape de notre périple au Vietnam, mais il paraît qu’il s’agit du climat typique du nord du pays. Notre chauffeur, un tantinet trompe-la-mort, nous amène à notre hôtel situé dans le centre historique de la capitale. La circulation, quelque peu hasardeuse parmi les nuées de motocyclettes, me rappelle ce que j’avais pu voir l’an dernier au Cambodge. La ville grouille dans un concert de sons de klaxons. Une fois à notre hôtel, nous faisons connaissance avec Luc, notre accompagnateur Club Aventure, et nous allons souper ensemble avant de nous coucher pour un sommeil réparateur.

Pierre GILLARD: Hanoï (Hà Nội) &emdash; 2015-504916

Mardi matin, je me lève tôt et je vais me promener le long du lac de l’Épée restituée (Hồ Hoàn Kiếm) dans la bruine. En chemin, j’aperçois de nombreux Vietnamiens, accroupis ou assis sur de minuscules tabourets, avalant des soupes aux nouilles avant qu’ils ne débutent leur journée. Sur les berges du lac, d’autres effectuent des exercices de conditionnement physique. De retour à l’hôtel, avec Louise, nous rencontrons nos quatre compagnons de voyage arrivés tard la veille après avoir effectué de longs vols depuis Montréal avec des escales en Corée ou au Japon. Tous ensemble, nous nous rendons dans un café français où Luc nous explique le déroulement du voyage et les recommandations pour celui-ci. Ensuite, nous partons à la découverte du quartier avoisinant. Chaque rue est dédiée à un type de commerce. C’est ainsi qu’il y a la rue des vêtements, celle des jouets ou, encore, celle des objets de culte. Il y a également l’église Saint-Joseph qui rappelle la présence de Catholiques au Vietnam. Un soir, nous visiterons également le marché nocturne.

Pierre GILLARD: Hanoï (Hà Nội) - Temple de la Littérature - Văn Miếu-Quốc Tử Giám &emdash; 2015-504891

Le lendemain matin, nous embarquons dans un minibus pour visiter quelques points phares de la ville sous une pluie continue. Nous débutons par le Temple de la Littérature (Văn Miếu-Quốc Tử Giám) qui fut, dans le passé, une académie confucéenne. Au terme de la visite, un orchestre de femmes en costume traditionnel et en doudoune (!) nous présentent quelques morceaux choisis de musique joués à l’aide d’instruments typiques du Vietnam. Bien évidemment, nous repartons avec un CD vendu par ces dames et que j’ai maintenant du plaisir à réécouter chez nous.

Pierre GILLARD: Hanoï (Hà Nội) &emdash; 2015-504898

L’arrêt suivant a lieu au Mausolée Hô Chi Minh (Hồ Chí Minh), personnage nord-vietnamien ayant une certaine ressemblance avec le colonel Sanders (!) et qui a donné du fil à retordre de façon équitable aux Japonais, aux Français et aux Américains. Communiste convaincu, il décèdera en 1969, donc bien avant le terme de la dernière guerre. En son honneur, Saigon prendra, d’ailleurs, son nom une fois la paix revenue. Une manière, également, de marquer le fait que le Nord communiste a eu le dessus sur le Sud vendu aux impérialistes. Toujours est-il qu’à Hanoi, un imposant mausolée a été bâti en sa mémoire sur la place Ba Dinh (Ba Đình), au centre du quartier où sont regroupés la majorité des institutions gouvernementales ainsi que les ambassades de nombreux pays, dont celle du Canada située à un jet de pierre de là. Juste à côté, se situe un musée dédié à, vous l’aurez deviné, Hô Chi Minh également. Il s’agit d’un bâtiment dont l’architecture est du plus pur style soviétique, mais que nous ne visiterons pas. Par contre, nous passerons quelques instants à la pagode Môt Côt, connue aussi sous le nom de "pagode au pilier unique" (vous comprendrez pourquoi en voyant sa photo !), qui se trouve dans le même quartier de Ba Dinh.

Pierre GILLARD: Hanoï (Hà Nội) &emdash; 2015-504946

Luc, un habitué des lieux, nous propose à chaque repas un restaurant différent ayant chacun son cachet particulier. Mais mon favori sera ce restaurant familial situé dans une maison particulière où, pour la première fois de ma vie, je mange des frites avec des baguettes ! La banane flambée à l’alcool de riz dégustée à cet endroit est également délicieuse.

Pierre GILLARD: Hanoï (Hà Nội) &emdash; 2015-505858

Par la suite, nous reviendrons encore deux fois à Hanoi : après avoir visité la baie d’Halong ainsi qu’au terme d’un périple au nord du pays, afin de prendre un train de nuit à destination de Hué.

Pierre GILLARD: Hanoï (Hà Nội) &emdash; 2015-504940

Toutes les photos : Hanoi - Temple de la Littérature.

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.


Séjour au Vietnam

17 avril 2015

Pierre GILLARD: Nho Quan &emdash; 2015-505468

Du 9 mars au 28 mars 2015, Louise et moi avons parcouru le Vietnam du nord au sud avec un groupe Club Aventure. Il s’agit d’une première réelle expérience avec cette organisation que nous ne regrettons absolument pas car le périple qui nous a été proposé nous a permis de voir de nombreuses facettes de ce pays de 90 millions d’habitants en pleine croissance. Nous avons "fait" les classiques, bien évidemment, comme la baie d’Halong, mais nous avons aussi, par exemple, visité les minorités Thaïs blancs et Thaïs noirs où nous avons passé deux nuits chez l’habitant. Nous avons emprunté une grande variété de moyens de transport comme une jonque, un train de nuit et un avion. Nous avons aussi fait du vélo, de la moto et du cyclo-pousse. Souvent, nous étions en dehors des circuits touristiques traditionnels où se précipitent des meutes de touristes essentiellement chinois et français. Bref, ce fut un voyage fort intéressant passé en agréable compagnie d’une famille de trois personnes de la région de Farnham ainsi que d’un monsieur seul (pour la circonstance) qui venait d’Ottawa. Quant à notre accompagnateur, Luc, il était absolument exceptionnel tant par ses talents d’animateur que pour son extraordinaire connaissance de l’Asie en général et du Vietnam en particulier.

Pierre GILLARD: Culture et traditions &emdash; 2015-505846

Toutes les personnes qui ont voyagé au Vietnam vous parleront de l’excellente nourriture. Nous ne pourrons contredire cette affirmation. Nous avons également tenté quelques expériences culinaires avec, notamment de l’anguille et du serpent. Par contre, nous avons tous refusé de manger du chien, une pratique courante dans ce pays.

Pierre GILLARD: Hanoï (Hà Nội) &emdash; 2015-504805

Les Vietnamiens sont très sympathiques, mais j’ai l’impression qu’il faut d’abord briser la glace par un sourire ou par un geste de la main afin d’obtenir leur attention. Ensuite, il s’agit de gens vraiment accueillants et ouverts.

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-505919

Avant de partir, certains Vietnamiens vivant au Canada m’avaient mis en garde au sujet de la politique du pays en la caractérisant de dictature. Il faut dire que je commence à avoir l’habitude d’entendre ce genre d’affirmations après des voyages effectués en Chine et à Cuba, par exemple. Sur place, je n’ai rien vu qui pouvait ressembler à une dictature. Si j’en juge par l’attitude débonnaire des policiers en bel uniforme dans la rue au Vietnam, je pense que le Canada est un état bien moins paisible où les gabelous déguisés en robocop arrosent les honnêtes citoyens de poivre de Cayenne à la sortie des écoles parce qu’ils émettent des commentaires à leur sujet ! Tout comme la Chine, c’est un parti unique qui dirige le pays. Est-ce que cela signifie de facto qu’il s’agit d’une dictature ? C’est un raccourci que je n’oserais, pour ma part, pas prendre. Par contre, le gros avantage d’un parti unique est que, lorsqu’une décision doit être prise, on ne perd pas de temps en discussions pseudo démocratiques. Si un pont doit être construit sur un bras du Mékong, on décide, on lance un appel d’offres et un an ou deux plus tard, il est construit par un consortium australien ou japonais et inauguré. Rien à voir avec nos tergiversations au sujet du pont Champlain ou de l’échangeur Turcot qui finissent par coûter bien plus cher au contribuable car tombant aux mains certaines grosses entreprises de construction dont l’image a déjà été entachée par de nombreuses histoires de fraudes; là-bas, on passe aux actes. Bien évidemment, rien n’est parfait à partir du moment où c’est géré par des humains, au Vietnam aussi, bien évidemment. Loin de moi aussi l’idée que le parti unique est la solution miraculeuse.

Pierre GILLARD: Hué (Huế) &emdash; 2015-505899

Au Vietnam, je n’ai vu personne de vraiment malheureux comme j’ai déjà pu en voir dans d’autres pays. Il faut se dire que même la petite dame à l’allure un tantinet misérable qui vend des bols de soupe de nouilles sur le bord du trottoir dans la bruine matinale à Hanoi est probablement plus riche dans l’absolu qu’une majorité de Canadiens ou d’Européens. En effet, elle n’a pas de dette ! Elle vit dans une maison qui est attribuée à sa famille depuis des décennies et elle n’a pas de voiture en location (elle n’en a pas besoin !) ni de biens acquis avec une carte "magique" Visa ou Master Card ! À méditer donc …

Pierre GILLARD: Vietnam : Huế &emdash; 2015-505990

Pour les gens de ma génération ou des précédentes, le Vietnam est aussi synonyme de la guerre qui a ravagé ce pays au prise avec les Français, d’abord, et avec les Américains ensuite. Assez curieusement, si l’on regarde l’histoire du pays, le Vietnam n’a jamais perdu de guerre, même dans le passé contre les Chinois et les Japonais. Toujours est-il que lors de notre séjour, il y avait exactement quarante ans que la guerre avait été terminée avec l’évacuation des Américains en déroute de Saigon. Le temps permet d’oublier et actuellement, seuls quelques musées ou vestiges montrés aux touristes rappellent les événements atroces qui se sont déroulés dans les années 1950, 1960 et 1970. Dans certains centres de réhabilitation, il est encore toutefois possible de voir des personnes malformées à cause des produits chimiques répandus par les Américains, et ce après trois générations. Une salle du musée de la Guerre à Hô Chi Minh Ville rappelle d’ailleurs, les conséquences abominables de l’agent orange déversé à flot par les avions et hélicoptères américains durant le conflit.

Pierre GILLARD: Hanoï (Hà Nội) &emdash; 2015-504813

Dans les jours qui suivent, je vous décrirai notre périple du nord au sud du Vietnam. D’un point de vue des conditions climatiques régnant en mars, c’est d’ailleurs la meilleure manière de procéder car, le nord est souvent dans la grisaille, la bruine et la pluie alors qu’au centre et au sud, on peut enregistrer des températures atteignant les 40°C. Il vaut donc mieux aller du froid et de l’humide vers le chaud que le contraire !

Pierre GILLARD: Mai Chau (Mai Châu) &emdash; 2015-505784

Toutes les photos du Vietnam.

Fiche technique du circuit Club Aventure au Vietnam.

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.


Escale à Doha

7 avril 2015

Pierre GILLARD: Qatar &emdash; 2015-504635

7 et 8 mars 2015. Ayant prévu un voyage au Vietnam, nous avons opté pour la compagnie Qatar Airways pour nous y transporter (voir blogue aéronautique). Une escale étant, bien évidemment, prévue à Doha, Louise et moi avons décidé d’y passer une journée à la fois pour découvrir ce petit pays du golfe Persique et pour avoir une transition plus douce question décalage horaire. Imaginez, nous sommes partis en soirée de Montréal et nous arrivons à Doha en début de soirée … le lendemain après plus de 11 heures de vol. Une pause d’une journée est donc la bienvenue avant de reprendre l’avion la nuit suivante à destination de Bangkok et Hanoi.

Pierre GILLARD: Qatar &emdash; 2015-504572

Une fois le petit-déjeuner avalé après une bonne nuit de sommeil réparateur, nous partons à pied à la découverte de Doha, la capitale du Qatar. Pour nous rendre dans le centre de l’ancienne ville, nous empruntons de larges artères bordées d’immeubles souvent occupés par de nombreuses banques. Nous aboutissons au grand souk Waqif entièrement restauré où l’ancien fait bon ménage avec le récent. On y vend toutes sortes de choses, mais beaucoup de tissus. Il y a également un marché aux oiseaux qui semble assez populaire. Une rue piétonne bordée de restaurants et de cafés crée une ambiance conviviale. Il y a même un café bruxellois en face d’un restaurant marocain !

Pierre GILLARD: Qatar &emdash; 2015-504553

Le Qatar ne fait pas trop la promotion du tourisme, mais ceci n’empêche pas les Qataris d’être très accueillants. Déjà, l’agent de l’immigration dans son habit traditionnel à l’aéroport Hamad nous avait fait la jasette au sujet de certains pays qu’il avait visités tandis qu’il traitait nos passeports et nos visas d’entrée. Régulièrement, en rue, des hommes vous feront de grands signes amicaux. Certains, même, viendront vous serrer la main en vous souhaitant la bienvenue. "As-Salaam-Alaikum", "Wa-Alaikum-Salaam" vous fera être apprécié. Comme quoi, peu importe la religion, lorsqu’il y a tolérance, tout le monde peu vivre harmonieusement. Par ailleurs, les Qataris sont singulièrement honnêtes comme ce chauffeur de taxi à qui j’avais donné un montant en dollars US trop élevé pour la course de l’aéroport à l’hôtel et qui est venu nous rapporter 5$ après avoir réajusté ses calculs !

Pierre GILLARD: Qatar &emdash; 2015-504549

Régulièrement, le Qatar défraie la chronique au sujet de la main d’œuvre étrangère venue notamment du Bengladesh, de l’Inde ou du Pakistan pour travailler sur les nombreux chantiers de construction. Nous avons vu quelques-uns de ces ouvriers et c’est vrai qu’ils ne respiraient pas la joie et la bonne humeur. D’un autre côté, ils ont un travail qui est probablement mieux rémunéré que s’ils étaient restés chez eux. Je vous laisse, donc, le soin de vous faire une opinion à ce sujet.

Pierre GILLARD: Qatar &emdash; 2015-504583

Après avoir visité le souk Waqif, nous empruntons un passage souterrain sous la grande avenue de la Corniche pour rejoindre le bord de l’eau. Ici, pas de passage bétonné à l’éclairage blafard et à l’odeur d’urine comme chez nous, mais plutôt un beau couloir en marbre doté de luminaires et disposant de toilettes d’une propreté irréprochable nettoyées en permanence par deux employés. Une fois de l’autre côté, nous admirons une flottille d’authentiques boutres admirablement entretenus face aux immenses gratte-ciels situés de l’autre côté de la baie et qui, pour la plupart, rivalisent d’audace architecturale entre eux. Nous continuons ensuite notre promenade vers le magnifique musée d’Art islamique et le parc situé juste à côté. Pour rejoindre l’hôtel, nous prenons un chemin passant par des quartiers plus populaires de Doha. Vous pourrez retrouver notre balade en image en cliquant sur le lien ci-dessous.

Pierre GILLARD: Qatar &emdash; 2015-504678

Voilà donc une escale que nous ne regrettons pas et que nous conseillons à tous ceux qui, comme nous, transiteront par Doha avec Qatar Airways. Un petit mot au sujet de l’obtention du visa, car beaucoup de choses sont dites un peu partout à ce sujet et risquent de vous coûter plus cher que nécessaire. En fait, c’est très simple: si vous êtes un citoyen de l’un des 34 pays repris sur une liste émise par le gouvernement du Qatar (dont la Belgique et le Canada), vous arrivez simplement à l’aéroport Hamad avec votre passeport valide et une carte de crédit. L’officier de l’immigration s’occupera du reste pour vous et cette option est la moins chère tout en étant la plus simple !

Toutes les photos de Doha.

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.


Retour de l’hiver ?

6 avril 2015

L’hiver 2014-2015 est plutôt tenace et se permet même de se prolonger au printemps ! La veille de Pâques, une couche de quelques centimètres de neige est encore tombée durant la matinée. Dès que le ciel bleu fut revenu, je me suis précipité au Parc régional Michel-Chartrand de Longueuil pour y prendre quelques photos assez inhabituelles pour un mois d’avril.

Photos prises au parc régional.

Information précédente au sujet du parc régional.


De Van Gogh à Kandinsky

26 janvier 2015

 

20 janvier 2014. Après avoir dû reporter plusieurs fois notre visite au Musée des beaux-arts de Montréal pour aller admirer cette exposition consacrée à l’expressionnisme en Allemagne et en France de 1900 à 1914, nous nous y sommes finalement rendus quelques jours avant la clôture de celle-ci. Elle était une occasion unique de voir des œuvres de peintres célèbres comme Paul Gaugin, Matisse, Vincent Van Gogh et Wassily Kandinsky, ou d’autres moins connus (en tout cas pour moi), mais tout aussi intéressants, comme Robert Delaunay, Ernst Ludwig Kirchner et Vlaminck. Je vous propose une sélection de photos des œuvres qu’il était permis de photographier et pour lesquelles j’ai eu du plaisir à les admirer malgré un public présent en nombre ce jour-là. Nous avons également été visiter les deux salles où se déroulait une exposition au sujet des œuvres d’Andy Warhol.

Photos : Exposition - Musée des beaux-arts.

Information précédente au sujet du Musée des beaux-arts de Montréal.


Cartagena de Indias

25 janvier 2015

Pierre GILLARD: Carthagène des Indes - Castillo San Felipe de Barajas &emdash; 2015-503986

9 au 16 janvier 2015. On ne va pas à Carthagène en Colombie pour ses plages pas plus qu’on y va pour ses possibilités d’excursions grandioses. On y a, plus simplement, pour la ville, et plus particulièrement pour la Ciudad Vieja (Vieille Ville) qui est absolument splendide. Actuellement, la grande majorité des maisons et des bâtiments sont restaurés et clinquants. Malheureusement, ce sont surtout des intérêts qui ne sont pas issus de Carthagène qui ont mis la main sur la vieille ville de même que sur Bocagrande, la partie moderne constituée de gratte-ciels, de gros hôtels et de centres d’achat. Clairement, il y a deux entités à Carthagène : celle des touristes et celle des carthaginois souvent boutés dans des quartiers périphériques.

Photos de Carthagène

Pierre GILLARD: Carthagène des Indes &emdash; 2015-504278

Carthagène est une ancienne place forte espagnole ayant, dans le passé, attiré régulièrement la convoitise des pirates ainsi que des Anglais. De cette époque, le vestige le plus imposant est très certainement le Castillo San Felipe de Barajas dont il ne faut pas manquer la visite notamment pour son point de vue dominant la ville.

Photos du Castillo San Felipe de Barajas.

Pierre GILLARD: Carthagène des Indes - Castillo San Felipe de Barajas &emdash; 2015-503967

Autre point culminant d’où il est possible d’avoir une magnifique vue sur l’ensemble de Carthagène : le couvent de La Popa (la Poupe). De là-haut, il est intéressant d’écouter le son qui nous parvient de la ville. Lorsque l’on est situé du côté donnant sur la Ciudad Vieja, le port et Bocagrande, on entend tout simplement le vacarme habituel d’une ville. Par contre, lorsque l’on se trouve du côté dominant les quartiers populaires, ce qui nous parvient aux oreilles, c’est une multitude de musiques et de chansons rythmées et chaleureuses. Le contraste est incroyable !

Photos du couvent de la Popa.

Pierre GILLARD: Carthagène des Indes - Covento de La Popa &emdash; 2015-504068

Nous résidions un peu à l’écart de la ville, à Manzanillo, un petit village de pêcheurs, et plus précisément à l’Estalar Occidental Grand. Ce n’est très certainement pas le site "tout inclus" le plus intéressant où nous avons séjourné, mais c’était relativement calme, reposant et il y avait moyen de faire de belles promenades le long de la mer, notamment lors du coucher du soleil. Personnellement, j’ai aussi apprécié la qualité des aliments et la grande piscine permettant d’y effectuer de belles longueurs. Particularité : les lits sont en béton !

Photos : Manzanillo - Estelar Occidental Grand - Faune et flore.

Pierre GILLARD: Manzanillo &emdash; 2015-504192

Le point fort de notre séjour n’aura pas été un site d’intérêt touristique, mais plutôt un après-midi passé avec les enfants du quartier défavorisé de San Francisco jouxtant l’aéroport international. En effet, nous avons été invité par Alex Rocha, un ancien narcotrafiquant reconverti dans l’enseignement de l’anglais aux jeunes de 8 à 14 ans de son bárrio, à donner une première leçon d’observation d’avions. Je vous raconte ce moment très intéressant sur le plan humain dans l’article "Spotting 101 à San Francisco" diffusé sur mon blogue aéronautique.

Photos à San Francisco.

Pierre GILLARD: 2015-01-13 - Spotting 101 à San Francisco &emdash; 2015-504367

Question matériel photo, fort de mon expérience positive l’an dernier en Asie avec mon boîtier Nikon D3200 et mon zoom 18-200 mm, j’ai repris le même équipement pour ce voyage et il ne m’a pas déçu. Mais, je pense, que ce que j’apprécie le plus de cet ensemble est sa légèreté et son côté compact.

Toutes les photos de Colombie.

Sites intéressants à visiter.

Émission "Ports d'attache" de TV5 à Carthagène.

Pierre GILLARD: Manzanillo &emdash; 2015-504397

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.


Turcot et alentour

2 janvier 2015

 

29 décembre 2014. Mon ami Mark est artiste et, d’ordinaire, nous rencontrons dans le cadre d’activités de chemins de fer miniatures. La dernière fois que nous nous sommes vus, il m’avait mentionné qu’il aimerait bien aller photographier l’échangeur Turcot à Montréal avant sa démolition. Je lui ai donc proposé de l’accompagner et nous nous sommes rendus au chevet de cette ruine de béton entre les fêtes. Turcot, c’est à la fois la honte du génie civil québécois (au même titre que le toit du Stade olympique ou du viaduc de la Concorde qui s’est effondré) et l’image de l’incapacité des gouvernements successifs à gérer correctement la planification, la conception, la construction ainsi que l’entretien des infrastructures de la province. Toujours est-il que, pour le photographe, le sujet est intéressant ! Nous avons également prolongé notre promenade dans les environs, au canal de Lachine, notamment, où nous avons photographié un beau vestige du passé laissé à l’abandon : les silos à grains de la Canada Malting. Quelques photos également dans les quartiers avoisinants et puis nous sommes allés voir de visu le nouvel hôpital universitaire McGill, le CUSM, qui est loin de faire l’unanimité sur le plan architectural. La météo étant superbe, nous avons eu beaucoup de plaisir à effectuer cette sortie photographique.

Photos : Échangeur Turcot - Canal de Lachine - Montréal.

Information précédente au sujet de Montréal.


2015, vers de nouveaux horizons ...

21 décembre 2014

Simplicité, sobriété et ouverture vers l’avenir, tels sont les symbôles de notre carte de voeux pour 2015. 2014 a été une année assez fantastique en ce qui concerne les voyages avec la découverte du Costa Rica avec Louise en janvier et de Singapour ainsi que du Cambodge tout seul en juillet et en août. En 2015, ce sera ensemble que nous découvrirons de nouvelles destinations en Amérique Centrale, au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est. Nous souhaitons à tous nos amis, ainsi qu’à leurs proches, de passer de joyeuses fêtes. Nous leur souhaitons également une excellente année 2015 faite de bonheur et de joies.


Fabergé au Musée des beaux-arts

12 octobre 2014

 

11 septembre 2014. Je suis de retour au Musée des beaux-arts de Montréal avec Louise pour y découvrir, cette fois-ci, une exposition au sujet des œuvres de Pierre-Karl Fabergé, célèbre, notamment, pour ses œufs finement travaillés. Malheureusement, si l’on regarde ceci d’un point de vue purement égoïste, il y a beaucoup de monde qui visite cette très belle exposition en même temps que nous. N’aimant pas les foules, je fais le tour des magnifiques objets présentés très rapidement sans réellement pouvoir apprécier le magnifique travail d’orfèvrerie de ceux-ci. J’essaie aussi, tant bien que mal, au passage de photographier quelques œuvres parmi les plus représentatives, mais le faible éclairage pousse mon appareil photo à ses limites.

Photos : Fabergé au Musée des beaux-arts.

Information précédente au sujet du Musée des beaux-arts.


Début - Page précédente - Page suivante - Fin


© Pierre GILLARD 2005-2016