Photos récentes

 

En collaboration avec :

 

Dernier article :

 

Liens rapides :

 

Autres sites :

 

Autres galeries :

 

Météo :

 


Un avion agricole à réaction nommé Belphegor

16 avril 2014

Pierre GILLARD: Europe - Miscellaneous AG Aircraft - Avions agricoles divers &emdash; 005564 

SP-DCA PZL-Mielec M-15 Belphegor MSN 1S007-07, PZL-Mielec - Le Bourget - LFPB - 02-06-1977.

Avec un pareil nom, il est clair que l’on ne s’attend pas à voir un canon de beauté … Et c’est le cas pour cet avion polonais sortant singulièrement des concepts habituels de l’aéronautique. Même si certains avions de travail agricole ont des allures plus que bizarres, je pense que le PZL-Mielec M-15 n’est pas loin d’avoir le pompon ! Qui plus est, il est à réaction, ce qui en fait, semblerait-il, l’unique biplan ainsi que l’unique avion de travail agricole doté de ce type de motorisation si l’on fait exception du prototype Lala-1 basé sur une cellule d’Antonov An-2 et qui a servi de base au développement du M-15. Le Belphegor a effectué son premier vol le 30 mai 1973 et faisait suite à une demande de l’U.R.S.S. pour un avion agricole performant capable de traiter les immenses étendues des kolkhozes et des sovkhozes. Toutefois, après que 175 exemplaires soient sortis des chaînes de montage à partir de 1976, la production de cet appareil a été abandonnée en 1981 car il s’est révélé fort peu économique à utiliser comparé à des avions plus traditionnels et probablement moins performants comme l’Antonov An-2, le PZL M-18 Dromader ou le Zlin Z.37 Cmelak par exemple.

Pierre GILLARD: Europe - Miscellaneous AG Aircraft - Avions agricoles divers &emdash; 005563 

CCCP-15187 PZL-Mielec M-15 Belphegor MSN 1S019-10, Aeroflot - Budapest Farkashegy - LHFH - 06-1988.

Pierre GILLARD: Poland : Polish Aviation Museum - Muzeum Lotnictwa Polskiego w Krakowie &emdash; 2011-21733 

603 PZL-Mielec M-15 Belphegor MSN 1S006-01, Polish Air Force - Polish Aviation Museum - Muzeum Lotnictwa Polskiego w Krakowie - Kraków (Cracovie) - 15-06-2011.

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.

Toutes les photos de PZL M-15 Belphegor.

Information précédente au sujet d'anciennes diapositives.


Il y a 50 ans le premier Sea King fabriqué à Longueuil prenait l’air

14 avril 2014

 

Photo : ARC/RCAF

… Et visiblement, tout le monde s’en fout. Rien du côté de Pratt & Whitney Canada qui a construit ces hélicoptères et rien non plus du côté de la Ville de Longueuil, un des berceaux de l’aéronautique canadienne, à moins que j’ai manqué l’information. Visiblement, le patrimoine aéronautique n’intéresse personne au Québec, mis à part quelques farfelus marginaux de mon espèce. Petit rappel au cas où quelqu’un voudrait en savoir un petit peu plus : le 9 et le 10 avril 1964, les pilotes d’essais John A. McNeil et Ross Lennox effectuent les premiers vols stationnaires du Sea King 4005 destiné à la Marine royale canadienne. Il s’agit du premier de 37 exemplaires de cet hélicoptère qui seront assemblés par Pratt & Whitney Canada sur son site de Longueuil. Le 13 avril 1964, après avoir effectué une calibration de la boussole (un compass swing dans le jargon aéronautique), les deux pilotes effectuent le premier vol réel de l’appareil. Dans les jours qui suivent, ils procèdent à différents essais en vol comprenant notamment des centrages avant et arrière, des mesures de performances et de vibrations, des vérifications des systèmes radios de bord, etc. C’est donc bien dommage que cet anniversaire passe ainsi sous la couverture radar et que rien ne soit organisé à l’aéroport de Saint-Hubert pour le commémorer.

Photos de Sea King canadiens.

Information précédente à ce sujet.


Visite chez Cargair

13 avril 2014

 

Voulant profiter de la belle météo de ce samedi matin 12 avril 2014 pour essayer un nouveau boîtier Nikon D610 acheté deux jours auparavant avec ma lentille 28-70 mm f/2,8, j’ai été prendre des photos très "spotter" chez Cargair et Max Aviation à l'aéroport de Saint-Hubert. J’ai ainsi pu photographier une bonne partie de la flotte de ces deux compagnies sœurs.

Photos : Cargair - Max Aviation - Air Richelieu.

Journée portes-ouvertes le 24 mai 2014 chez Cargair.

Commentaires au sujet du Nikon D610 sur mon blogue "Découverte".

Information précédente au sujet de Cargair.

Information précédente au sujet de Saint-Hubert.

L’auteur tient à remercier Monsieur Pascal Marcilly ainsi que le personnel de Cargair pour leur collaboration.


Trans-Canada Air Lines In the 1950s

12 avril 2014

Il y a quelques jours, j’ai emprunté ce DVD réalisé par Henry Tenby à la bibliothèque de l’ÉNA, Celui-ci présente certains aspects de la compagnie Trans-Canada Air Lines durant les années 1950. Il s’agit d’une compilation d’anciens films extraits des archives d’Air Canada qui en vaut la peine, comme je le mentionne dans ma critique à la rubrique "DVD".

Critique du DVD.

Information précédente au sujet d'un DVD.


Vents de travers à Birmingham

10 avril 2014

Il y a quelques semaines, je vous avais proposé une vidéo d’un posé plutôt dur à l’aéroport de Birmingham en vous mentionnant la solidité des trains d’atterrissage des avions. Voici, aujourd’hui, une compilation de séquences vidéo tournées au même endroit durant cet hiver alors que sévissaient de violents vents de travers. Cette fois-ci, observez surtout les mouvements des gouvernes ainsi que la flexibilité des ailes et même des dérives; c’est très impressionnant et vous donne une idée du travail des pilotes sur les commandes de vol. Notez aussi que les décollages ne sont pas toujours évidents non plus dans de telles conditions.

 

Information précédente à ce sujet.


Dorval, etc.

9 avril 2014

 

Ces dernières semaines, j’ai longuement partagé avec vous le périple effectué en Suisse avec le groupe Exploration ÉNA. Mais, depuis, la vie ne s’est pas arrêtée pour autant et j’ai eu l’occasion de profiter de quelques belles journées pour photographier des aéronefs. Le dimanche 23 mars 2014, tout d’abord, malgré une température de -10°C en tenant compte du facteur éolien, j’ai accompagné mon complice Édouard à Dorval. Avec la neige encore présente, les parties inférieures des avions étaient particulièrement bien éclairées, ce qui donne des images assez intéressantes. Parmi un trafic habituel, nous avons quand même eu droit à plusieurs avions ou décorations spéciales. Tout d’abord, ne voyant qu’assez rarement des avions d’affaires sur la piste 24 droite, nous avons été bien contents de photographier le Global 5000 portant l’immatriculation temporaire C-GUSU se rendant à l’ancien hangar d’ExelTech désormais occupé par Bombardier. Depuis, cet appareil a été livré à VistaJet Ltd à Malte où il est immatriculé 9H-VTC. Nous avons aussi eu droit au Boeing 777 A7-BAA de Qatar Airways portant la livrée "One World". Nouveauté en ce qui me concerne, le Boeing 737-406 C-FFNF de First Air. Du côté des avions loués pour la saison d’hiver, chez CanJet, nous avons vu les 737 jaune C-GDGZ (ex-D-ATUK) et bleu C-GVAQ (ex-OO-JAQ) alors que chez Sunwing, il s’agissait des 737 C-GVVH (ex-OK-TVH) et OK-TVS. Malheureusement, nous n’avons pas vu le 737 d’Air Transat ce jour-là. Pour ce qui est de Swiss International Air Lines, j’ai eu droit à la surprise de revoir l’Airbus A330 HB-JHK à bord duquel j’avais volé la semaine précédente entre Zürich et Montréal. Je vous ai déjà parlé du reportage effectué au sujet du Vickers Viscount à Laval le 31 mars, ce qui nous mène alors au vendredi 4 avril 2014. Ce jour-là, j’avais apporté mon matériel à l’ÉNA afin de photographier des boîtes noires pour la préparation d’un futur article. Ce fut une excellente initiative, car j’ai ainsi pu photographier le Lockheed CC-130 Hercules 130332 totalement imprévu et circulant devant l’école pour se rendre à la base militaire de Saint-Hubert. Enfin, le dimanche 6 avril dernier, une réunion pour le magazine Plein Vol ayant lieu à Hudson me donna l’occasion d’effectuer un arrêt aux Hélicoptères Canadiens aux Cèdres où j’ai rapidement photographié par dessus la clôture deux Bell 206 que je n’avais pas encore vu (C-GNLD et C-GNMC).

Photos : Air Canada - Air Canada Express - Air France - Air Transat - American Airlines - Aviation Royale Canadienne (RCAF) - Bombardier - Canjet - Delta - First Air - Hélicoptères Canadiens - Jazz - KLM - Porter - Qatar - Sunwing - Swiss - United - US Airways - CVR & FDR.

Information précédente au sujet de Dorval.

Information précédente au sujet de Saint-Hubert.

Information précédente au sujet des Hélicoptères Canadiens (HNZ).


Secours aérien à Chamonix

8 avril 2014

 

15 mars 2014. En ce samedi matin à la base de secours Jean-Jacques-Mollaret du PGHM située aux Bois, près de Chamonix, je retrouve avec un immense plaisir l’équipage de l’EC145 de la Sécurité Civile (F-ZBQK) constitué du pilote Denis Zubric et du mécanicien de bord Florent Dubar avec qui j’avais eu l’occasion de voler durant l’été 2004 lors d’un reportage au sujet de l’Alouette III, prédécesseur du biturbine allemand. Florent prend en charge les étudiants et leur explique les moindres détails de l’hélicoptère jaune et rouge, une petite merveille pour le secours en montagne. Pendant ce temps, Denis et moi, nous nous remémorons le bon vieux temps de l’Alouette III et des différents équipages qui l’ont opéré pour la Sécurité Civile. Un moment donné, Florent me rappelle que je lui avais donné un coup de main pour réaliser quelques soudures sur une rallonge électrique, anecdote qui était sortie de ma mémoire. J’adore ce genre de retrouvailles ! Un moment donné, l’EC145 est sorti du hangar et, quasi aussitôt, l’hélicoptère est requis pour une intervention sur une avalanche aux Contamines. Je quitte donc l’équipage et nous nous promettons de ne plus attendre 10 ans avant de nous revoir ! Un médecin, un maître-chien et deux secouristes embarquent dans l’appareil qui décolle dans la foulée. Nous passons ensuite dans le hangar de la Gendarmerie où nous sommes reçus par le Capitaine Philippe Sebah. Ici aussi, notre hôte n’est pas avare en informations en nous expliquant, entre autres, les quelques différences entre les EC145 de la Gendarmerie et ceux de la Sécurité Civile. Dans le hangar, l’appareil immatriculé F-MJBK est en voie de remontage après le remplacement d’un composant défectueux. Au terme de notre visite, nous assisterons, d’ailleurs, à son point fixe. Tout au long de notre journée passée dans la vallée de Chamonix, nous noterons les navettes de l’EC145 de la Sécurité Civile vers un accident à plus de 3000 mètres au-dessus du glacier d’Argentière. En cette période de vacances scolaires en France, les secouristes n’ont pas souvent de répit.

Photos : Gendarmerie - Sécurité Civile.

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.

L’auteur tient à remercier le Capitaine Philippe Sebah ainsi que messieurs Florent Dubar et Denis Zubric pour l’accueil très sympathique reçu à la Base de secours Jean-Jacques-Mollaret.

Nostalgie : l'Alouette III à Chamonix

 

 

Anciennes photos (PDF) : Gendarmerie - Sécurité Civile.

Information précédente au sujet des Alouette III.


Chamonix Mont-Blanc Hélicoptères

7 avril 2014

 

14 et 15 mars 2014. En chemin vers Sallanches, nous effectuons une étape à l’hélisurface de Chamonix Mont-Blanc Hélicoptères située sur les hauteurs d’Argentière. C’est ainsi que je fais (enfin) connaissance avec Lily Marie, l’Écureuil B3 (F-HESB) de la compagnie et de sa décoration peu commune réalisée par l’artiste Tito. Après avoir effectué une rotation avec des touristes souhaitant survoler le massif du Mont Blanc, je retrouve Pascal Brun, pilote et propriétaire de la compagnie. Depuis notre dernière rencontre, il y a une dizaine d’années, Pascal est passé par plusieurs étapes douloureuses que la vie peut vous réserver. Les étudiants qui assistent à notre conversation découvrent ainsi le côté humain qui se cache souvent derrière des pilotes tenaillés entre l’idée de tout laisser tomber afin de vivre une vie plus rangée ou de continuer malgré tout afin d’assouvir l’indescriptible besoin de voler, "une drogue" selon Pascal. Toujours est-il que les affaires vont bien, l’essentiel des activités étant consacré au levage et au transport dans le massif. Le lendemain, les étudiants m’informent qu’ils souhaiteraient se payer un vol touristique de 20 minutes avec Lily Marie. Nous retournons donc à la base de CMBH et quelle n’est pas ma surprise d’y retrouver un ami pilote, Dominique, rencontré en 2006 à Toulouse. À l’époque, il effectuait son écolage et aujourd’hui, il vole sur un B3 dans une région considérée comme étant une des plus belle au monde. Je suis très heureux de voir, qu’à force de persévérance, on peut encore réussir en tant que pilote. C’est donc lui qui emmène six de nos étudiants pour un survol inoubliable du massif du Mont Blanc.

Photos : CMBH.

Information précédente au sujet de CMBH.

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.


Air Glaciers

6 avril 2014

 

14 mars 2014. Un voyage à caractère aéronautique en Suisse était impensable sans visiter la base principale d’Air Glaciers à Sion. Pour la moitié des étudiants du groupe ayant effectué la tournée des cantons avec moi, ils avaient déjà eu un avant-goût de la compagnie aux héliports de Lauterbrunnen et de Collombey, mais pour les quatre autres accompagnés de mon collègue Carl, il s’agit d’un premier contact avec cette société fondée en 1965 par Bruno Bagnoud. Nous sommes accueillis à la Maison François-Xavier-Bagnoud du Sauvetage par Patrick Fauchère, un ami pilote de longue date, qui nous présente la compagnie et ses hélicoptères. Je ne sais pas pourquoi, mais nous passons beaucoup de temps autour d’un Lama ! Cet hélicoptère mythique est en voie de disparition du fait que son constructeur, Airbus Helicopters (ex-Eurocopter), ne produit plus certains composants critiques et a augmenté artificiellement le prix d’autres pièces afin de dissuader sa clientèle de continuer à utiliser cet hélicoptère. Malgré tout, Air Glaciers est encore actuellement le principal opérateur civil mondial de cet appareil. Pour la seconde partie de la visite, nous effectuons un petit trajet en autobus vers les ateliers de maintenance établis dans deux antiques hangars en bois situés de l’autre côté de la piste. Une fois sur place, notre groupe a l’occasion de voir un Beechcraft King Air 200, également opéré par la compagnie, et de poursuivre la découverte "en profondeur" du Lama sur un appareil désossé pour un entretien de routine. Toutes les particularités de l’hélicoptère sont patiemment expliquées par Patrick aux étudiants. Une fois la visite terminée, le minibus nous ramène à la Maison du Sauvetage où nous prenons congé de notre guide. Pour ma part, je lui fixe déjà rendez-vous pour un reportage à réaliser l’an prochain !

Photos d'Air Glaciers à Sion : Alouette & Lama - Ecureuil.

Toutes les photos d'Alouette et de Lama d'Air Glaciers.

Information précédente au sujet d'Air Glaciers.

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.

L’auteur tient à remercier Monsieur Patrick Fauchère pour la très intéressante présentation d’Air Glaciers à Sion.

1965-2005 : 40 ans d'Air Glaciers

 


TAG Aviation à Sion

5 avril 2014

 

14 mars 2014. Depuis quelque temps, entre deux zones (futures ex-) militaires de l’aéroport de Sion, une série de hangars essentiellement destinés à l’aviation d’affaires ont été construits. TAG Aviation, un joueur international bien connu dans cette branche, occupe l’un de ceux-ci et met en œuvre un FBO, proposant ainsi à sa clientèle une alternative à sa base de Genève. Monsieur Ziragachi nous accueille à l’entrée et nous présente le fonctionnement du FBO. Nous faisons ensuite le tour du hangar contenant des avions allant du Piper PA28 au Falcon 900, ainsi qu’un hélicoptère Sikorsky S-76. Nous assistons aussi à un point fixe à pleine puissance d’un Falcon 2000 avant de prendre congé de notre hôte et d’aller nous installer confortablement (d’un point de vue de photographe) au restaurant de l’aéroport. Durant notre repas, nous assistons à des atterrissages, notamment, de plusieurs jets privés, ainsi qu’à quelques mouvements militaires incluant un PC-9 (C-410) et un PC-21 (A-105). Même si nous sommes placés à contre-jour, j’arrive à tirer quelques clichés intéressants tout en dégustant un excellent gâteau saviésan et en attendant de nous rendre chez Air Glaciers pour la suite de nos visites.

Photos : TAG Aviation à Sion.

Autres photos prises à Sion : Heli Alps - Hélicoptères Privés - Forces Aériennes Suisses (avions) - Forces Aériennes Suisses (hélicoptères) - Aéroport de Sion.

Avions privés et d'affaires : Hawker 750 CS-DUA et CS-DUF - Beech 390 G-FRYL - Piper PA18 HB-PAX - Cessna 560XL LX-INS - TBM 850 N850AC - Cessna 525B OO-FPE - Falcon 7X 3A-MGA.

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.

L’auteur tient à remercier Monsieur Ilias Ziragachi pour l’organisation de cette belle visite des nouvelles installations de TAG Aviation à Sion.


Tournée des cantons

4 avril 2014

 

13 mars 2014. Une moitié du groupe d’étudiants, tous issus du programme de construction aéronautique, accompagnant mon collègue Carl à l’EPFL de Lausanne pour une rencontre un peu plus spécialisée, je pars donc avec l’autre moitié constituée d’étudiants des programmes d’avionique et de maintenance pour une tournée des compagnies d’hélicoptères établies dans les cantons de Berne, de Fribourg et du Valais. Notre périple débute par la base de Gruyères du Swiss Helicopter Group où je retrouve avec plaisir toute l’équipe de ce qui fut jusqu’il y a quelques années encore Heliswiss Gruyère et où j’avais effectué plusieurs reportages au sujet du Lama HB-XTD revu la veille à Berne. Nous observons le départ de l’Ecureuil B3 HB-ZEI. Notre étape suivante nous amène à Gsteigwiler, une autre base du géant suisse de l’hélicoptère, où nous pouvons observer quelques rotations d’un autre Ecureuil B3 (HB-ZIG). Ici, je retrouve Peter, le sympathique chef de la maintenance anciennement BOHAG, qui explique aux étudiants ses missions en Inde pour lesquelles vous pourrez trouver ses photos sur mon site "Alouette & Lama". Nous continuons ensuite vers Lauterbrunnen où, à la base d’Air Glaciers, nous assistons aux arrivées successives d’un Ecureuil B3 (HB-ZHY) et d’un Lama (HB-ZHZ) que je n’avais personnellement jamais vu jusque-là (et oui, c’est possible !). Après un bon repas pris sur une terrasse à Stechelberg non loin de là, nous repassons brièvement par Lauterbrunnen pour reprendre encore quelques photos avant de continuer notre chemin pour la nouvelle base conjointe de la REGA et de Swiss Helicopter à Zweisimmen. Malheureusement, la base est vide; tous les hélicos sont en mission, mais nous observons, au loin sur la route de Sankt Stefan, un Ecureuil B3 (HB-ZMC) effectuant du débardage. Un petit trajet en auto nous permet d’assister à la fin de l’opération et au départ de l’hélicoptère vers sa base. Notre but étant de terminer notre périple à Collombey, nous poursuivons notre chemin en observant le long de la route l’aérodrome de Saanen ainsi que l’héliport de Gstaad. Ici aussi, il n’y a aucun hélicoptère présent, car probablement en vol. Enfin, vers 16h00, nous arrivons à la base d’Air Glaciers à Collombey où se trouvent deux Lama (HB-XEO et HB-XZU) et une Alouette III (HB-XOF). Un des Lama est équipé d’un système de pulvérisation car, le lendemain, il est prévu qu’il parte arroser des champs d’abricotiers. Systématiquement, nous assisterons en peu de temps à un départ et une arrivée de chacun de ces trois appareils. Inutile de préciser que j’ai convaincu les étudiants qu’il s’agissait des plus beaux hélicoptères du monde !

Photos : Air Glaciers Lauterbrunnen - Air Glaciers Collombey - Swiss Helicopter.

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.

L’auteur tient à remercier messieurs Nicolas de Sinner, Peter Flück, Adrian Marti, Martin Steuri, Daniel Terraz ainsi que tout le personnel des bases citées pour leur collaboration à la réussite de cette journée.

La dernière Alouette III de sauvetage dans les Alpes

Discrètement, elle s’en va. Depuis quelques années déjà en France ainsi qu’en Italie, mais également en Suisse, l’Alouette III cède sa place à des Agusta A109 DaVinci, Bell 429, EC135, EC145 et autres dans toutes les bases de secours en montagne. Il en reste, toutefois, une à Collombey, mise en œuvre par Air Glaciers. Il s’agit de l’Alouette III No. 1439 immatriculée HB-XOF qui effectue ses dernières semaines en tant qu’hélicoptère de sauvetage. Je tenais donc à la mettre sur ma route lors du périple d’Exploration-ÉNA en Suisse. Je devrais vous écrire un article détaillé à ce sujet très bientôt.

Mise à jour du 7 avril 2014 : Christian Rosat, chef de base chez Air Glaciers à Collombey, vient de m’avertir que l’Alouette III HB-XOF a effectué hier, le dimanche 6 avril à 18h00, sa dernière mission de secours. Cela faisait 31 ans qu’un appareil de ce type effectuait chaque hiver du sauvetage dans le Chablais. L’Alouette est maintenant retournée à Sion où elle effectuera du secours encore durant quelques mois. 55 ans après le premier vol d’un hélicoptère de ce type, on peut affirmer qu’il s’agit d’une longévité pour le moins unique dans l’histoire de l’aviation.

Pierre GILLARD: Air Glaciers - Collombey &emdash; 2014-317356 

HB-XOF Eurocopter SA316B Alouette III MSN 1439, Air Glaciers - Collombey - LSHC - 13-03-2014.

Cliquez sur la photo pour obtenir une image en pleine grandeur.


Une nouvelle vie pour un Viscount

3 avril 2014

 

En ce lundi matin 31 mars 2014, la météo est splendide même s’il reste de la neige accumulée durant la fin de semaine et que la température avoisine le point de congélation. Nous sommes à Laval, dans les locaux occupés conjointement par l’IPIQ et le CEGEP Montmorency sur le site de l’école polyvalente Leblanc. C’est en ces lieux que sont formés les futurs pompiers québécois. Le but de la journée pour les 32 élèves pompiers sera de pratiquer une série d’interventions sur aéronef réparties en quatre plateaux qui seront exécutés en rotation. L’avion utilisé pour l’exercice est le Vickers Viscount 757 No. 384 qui a été acquis par le CEGEP en 2011 auprès de la Fondation Aérovision. Souvenez-vous, je vous avais parlé, à l’époque, du démontage de cet appareil à Saint-Hubert et de son transport vers Laval. Auparavant, il avait été utilisé par l’ÉNA, Pratt & Witney Canada, Air Canada et Trans Canada Air Lines. Je devrais, d’ailleurs, vous livrer un historique détaillé à son sujet dans le cadre d’un article à venir. Parmi les exercices pratiqués, notons l’extinction de feux par application de mousse, des interventions sur des incendies de moteurs ou des surchauffes de trains d’atterrissage, l’extraction de victimes dans une cabine envahie par la fumée, l’identification et la récupération de boîtes noires, le débranchement de batteries ainsi que l’ouverture sécuritaire de portes de cabines ou de compartiments à bagages. Bien entendu, tout au long du déroulement des exercices, de nombreuses mesures de sécurité sont prises et les professeurs n’hésitent pas à les rappeler régulièrement aux étudiants afin que les interventions se déroulent sans incident. À la lecture de l’inventaire des exercices que je viens de citer, j’imagine voir le poil se hérisser chez certains amateurs d’avions anciens qui pensent immédiatement à la dégradation de l’appareil au fil du temps et des pratiques à répétition. Que ceux-ci se rassurent, le Viscount est entretenu et lavé après chaque exercice. Par ailleurs, les mousses utilisées sont des produits destinés à l’entraînement et sont beaucoup moins corrosives pour la structure de l’avion que celles utilisées en intervention réelle. Enfin, pour les lecteurs écolos, sachez aussi que toutes les eaux et produits utilisés sont récupérés et recyclés. Bref, ce fut donc à une matinée fort instructive à laquelle j’ai eu le privilège d’assister.

Photos de l'exercice.

Information précédente au sujet du Viscount.

L’auteur tient à remercier très chaleureusement Messieurs Patrick Lalonde, Alain Hatto, François Nolet, Michel Pelletier, Louis-Denis Roussel et Michael Therrien pour l’accueil et l’encadrement reçus lors de ce très beau reportage à Laval.


Base militaire et musée à Payerne

2 avril 2014

 

12 mars 2014. Quand on arrive sur la base militaire de Payerne, la première chose que l’on peut noter est un emplacement réservé au public qui peut ainsi admirer et photographier librement les mouvements de F/A-18 et d’hélicoptères sans être importuné. Au contraire d’une majorité de pays, où le quidam est maintenu très loin des activités militaires, en Suisse, on est plutôt ouvert à l’idée que le citoyen puisse voir sans entrave évoluer les aéronefs payés par ses impôts. Nous avons pu le constater à Alpnach, à Meiringen et nous le constatons encore ici à Payerne. Notre groupe est accueilli par Monsieur Sommer qui nous invite à écouter un exposé présenté par le Colonel Studemann, commandant de la base. Celui-ci nous explique le contexte géopolitique de la Suisse, pays neutre situé au centre de la Communauté européenne et entouré par des pays membres de l’OTAN, ainsi que les implications que cela entraîne au niveau de l’armée et de ses missions. Pour les F/A-18, la principale intervention est l’interception d’aéronefs égarés, suspects ou évoluant dans des zones réservées à l’entraînement des appareils militaires. C’est pour cette raison que la mention "STBY 121.50" est peinte sur les réservoirs ventraux des chasseurs, invitant les pilotes interceptés à communiquer sur la fréquence internationale 121,50 MHz. Au niveau des anecdotes, des avions suisses ont déjà intercepté, par exemple, un avion de transport militaire équipé de lourdes mitrailleuses pour le soutien de troupes au sol alors que le vol était déclaré comme étant une "évacuation sanitaire". Dans ce genre de situation, une fois le rapport rédigé, l’incident se règle au niveau diplomatique. Le colonel a ensuite présenté un vibrant plaidoyer en faveur de l’acquisition du SAAB Gripen E pour remplacer les Northrop F-5E/F Tiger II venant à bout de souffle et dont la décision définitive est entre les mains des citoyens suisses qui auront à se prononcer par référendum au mois de mai prochain, comme il est de coutume dans ce pays. Après avoir écouté l’exposé fort intéressant du Colonel Studemann, nous sommes invités à voir un F/A-18C de proche et à jeter un œil dans le cockpit. Puis, Monsieur Sommer nous conduit au musée Clin d’Ailes situé le long de la piste principale à l’extérieur du périmètre de la base, où il nous explique, avec moult détails pertinents, l’histoire des Forces Aériennes Suisses. C’est en visitant ce genre de lieux que je constate que je ne rajeunis pas ! En effet, dans le musée, parmi l’inventaire complet des jets de chasse utilisés en Suisse, il y a un De Havilland DH.112 Venom, un appareil que j’avais vu gamin à la toute fin des années soixante ou au tout début des années septante à Interlaken. Nous restons jusqu’à la fermeture du musée avant de rependre la route vers Bulle, où nous ferons étape et où deux de mes amis nous rejoindront pour déguster une délicieuse fondue.

Photos : Forces Aériennes Suisses - Alpha Jet de l'Armée de l'Air Française - Avions du musée - Alouette du musée.

Information précédente au sujet des Forces Aériennes Suisses.

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.

L’auteur tient à remercier le Colonel EMG B. Studemann ainsi que Madame Lise Terrapon et messieurs Jean-Marc Pasteris et Eric Sommer pour l’organisation de ce bel après-midi passé à la base militaire ainsi qu’au musée Clin d’Ailes à Payerne.

Informations au sujet du spectacle aérien Air 14

 


La base de maintenance de Swiss Helicopter à Belp

27 mars 2014

 

12 mars 2014. Lorsque nous passons sur la galerie surplombant le hangar de Swiss Helicopter Maintenance (SHM) à Berne-Belp, notre regard est immédiatement attiré par l’énorme Kamov Ka-32-A12 (HB-XKE), un hélicoptère russe utilisé essentiellement pour du levage à l’étranger par la compagnie soeur Heliswiss International. En fait, jusqu’en 2012, le hangar était utilisé par Heliswiss, mais une importante réorganisation des activités de plusieurs entreprises suisses ayant les mêmes propriétaires a été initiée sous la bannière de Swiss Helicopter Group. Celle-ci regroupe désormais les opérations d’Air Grischa, de la BOHAG, d’Eliticino, d’Heli Gotthard, d’Heliswiss, d’Heliswiss International et de Rhein Helikopter (Liechtenstein). Bern-Belp est devenue la base principale de maintenance pour tous les hélicoptères du groupe du Guimbal Cabri G-2 au Kamov Ka-32. Plusieurs clients extérieurs confient également leur appareil en maintenance à SHM et certains propriétaires privés louent de l’espace dans un hangar annexe pour y abriter leur hélicoptère. Nous y avons notamment vu un Agusta A109 Power suisse ainsi qu’un un Bell 430 canadien que j’avais, à l’époque, photographié sur la chaîne de montage de Bell Helicopter à Mirabel. Décidément, le monde de l’aviation est toujours aussi petit ! Petit, vous dis-je … Dans le même hangar, je retrouve deux Lama dont l’HB-XTD à bord duquel j’ai volé plusieurs fois (et même piloté !) lors de différents reportages réalisés dans le passé au sujet d’Heliswiss Gruyère. L’autre est l’HB-XTM qui a été utilisé durant de nombreuses années par la BOHAG à Gsteigwiler. Ces deux hélicoptères sont désormais retirés du service et entreposés en vue de leur vente. Pour le reste, nous visitons encore plusieurs ateliers dont celui de vérification et d’ajustement des magnétos, celui de la maintenance des batteries nickel-cadmium ou encore celui d’avionique, avant de prendre congé de nos guides.

Photos : Swiss Helicopter - Lama HB-XTD et XTM.

Information précédente au sujet de la BOHAG et d'Heliswiss.

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.

L’auteur tient à remercier messieurs Stéphane Christen et Nicolas de Sinner pour l’organisation très réussie de la visite de la base de Swiss Helicopter Maintenance à Belp.


Arrêt fructueux à Meiringen

26 mars 2014

 

12 mars 2014. Les quatre étudiants de mon véhicule et moi-même quittons Lucerne pour notre journée à Berne et Payerne. Connaissant le chemin, j’ai opté de prendre la route passant par Interlaken au lieu de l’autoroute. Pour avoir une "marge de sécurité", le départ a lieu à 07h00 alors que notre rendez-vous à Belp est prévu pour 10h00. Arrivés à Meiringen, je constate que nous avons assez bien d’avance et je vais montrer l’entrée des cavernes de la base militaire aux étudiants en traversant la piste par la route munie de barrières de passage à niveau. Je constate aussi qu’il règne assez bien d’activité du côté des installations militaires. Au moment de retraverser la piste, le passage à niveau se ferme et nous assistons à l’atterrissage d’un Pilatus PC-6 militaire (V-612). Une fois celui-ci du côté du tablier militaire, le passage à niveau s’ouvre de nouveau et nous traversons la piste. Comme nous avons encore du temps devant nous, je stationne la voiture sur une aire publique à proximité de la piste. Le passage à niveau se referme et le Pilatus décolle. Une personne présente à cet endroit nous informe qu’il devrait y avoir des F/A-18 qui devraient décoller dans les 30 à 60 minutes qui suivent. Nous n’avons, en fait, pas à attendre aussi longtemps car peu de temps après, nous entendons le son du démarrage d’un premier moteur du côté des cavernes, amplifié par la falaise. Ce ne sera donc plus très long. Effectivement, une bonne dizaine de minutes plus tard, deux F/A-18C (J-5011 "Tigre" et J-5022) apparaissent et le passage à niveau se referme. Ils décollent ensuite sous nos yeux, à une cinquantaine de mètres de nous, post-combustion allumée. Pour ma part, j’avais oublié que de tels avions aussi proches pouvaient faire autant de bruit ! Mes oreilles en prennent donc un coup ! Inutile de préciser que nous sommes tous ravis d’assister à un tel spectacle.

Photos prises à Meiringen.

Information précédente au sujet des Forces Aériennes Suisses.

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.


Pilatus à Stans

25 mars 2014

 

11 mars 2014. Après notre visite d’Aerolite et un bon repas pris non loin des pistes de l’aérodrome de Stans-Buochs, nous rejoignons l’usine de Pilatus où je retrouve avec plaisir Eric Bannwarth, un de mes amis photographes français de longue date, et où je fais la connaissance avec Alain Genève, éminent spécialiste et historien des avions Pilatus venu d’Annecy pour la circonstance (quatre heures de route !) J’avais, en effet, invité ces deux passionnés à se joindre à notre groupe afin que, notamment, nos étudiants puissent faire la connaissance, discuter et éventuellement établir des contacts avec d’autres amateurs d’aviation autrement que par Facebook interposé. Chez Pilatus, nous sommes accueillis par Monsieur Samuel Kummrow qui est impliqué dans les tests de structure du futur jet PC-24 et qui nous servira d’excellent guide pour cette visite. Nous débutons par une présentation de l’histoire et des activités de l’entreprise ainsi que des différents avions produits par celle-ci, des avions qui ont toujours été conçus pour occuper des marchés "niches" et qui ont fait la réputation au fil du temps de Pilatus. Nous entreprenons, ensuite, la visite des installations proprement dites et nous nous faisons expliquer les différentes étapes de la construction d’un avion, qu’il s’agisse d’un appareil d’entraînement ou d’un appareil de transport. C’est ainsi que nous pouvons voir la production de pièces élémentaires, l’assemblage de composants, leur peinture, bref, toutes les opérations menant jusqu’à l’assemblage final de l’avion. Parmi les types d’appareils en cours de production, nous notons des PC-7 Mk. II, des PC-12NG et des PC-21. Sur une aire connexe, nous notons aussi deux PC-6 ainsi que quelques PC-12. Quant au nouveau jet PC-24 qui est en cours de développement et qui suscite bien de l’intérêt, il sera dévoilé lors d’une grande fête publique qui sera organisée sur l’aérodrome de Stans-Buochs le 1er août prochain, journée de la fête nationale suisse. En attendant, nous avons dû nous contenter d’une maquette ! Mais nul doute, à l’image des autres succès de Pilatus, que nous verrons très bientôt de nombreux PC-24 un peu partout dans le monde.

Photos : Pilatus à Stans - Autres photos de Pilatus.

Article d'Alain Genève au sujet des 75 ans de Pilatus

Galerie de photos d'Eric Bannwarth

Blogue d'Alain Genève au sujet de Pilatus

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.

L’auteur tient à remercier Pilatus ainsi que notre guide, Monsieur Samuel Kummrow, pour cette visite fort intéressante de l’usine de Stans.

Maquette Pilatus PC-24 - Stans-Buochs - LSZC - 11-03-2014. Photo Pierre GILLARD.


Aerolite-Max Bucher, le spécialiste de l’équipement aéromédical

24 mars 2014

 

Photo : Aerolite-Max Bucher

11 mars 2014. C’est au bout de la piste principale de l’aéroport de Stans qu’est établie, sur le territoire de la commune d’Ennetbürgen, l’entreprise Aerolite-Max Bucher. Celle-ci est spécialisée essentiellement dans la conception de matériel médical destiné à équiper des hélicoptères de sauvetage, des avions-ambulances ou même des avions commerciaux et VIP. La réputation internationale de cette entreprise Suisse n’est plus à faire si l’on en juge par la diversité de sa clientèle qui compte, notamment le Service aérien gouvernemental du Québec, Ornge en Ontario, ainsi qu’Air Zermatt et la REGA en Suisse pour ne citer que ces exemples. Mais les activités d’Aerolite comptent aussi la finition intérieure d’hélicoptères VIP ainsi que la production d’accessoires comme un dispositif d’ouverture rapide des deux portes situées à l’arrière des EC135. Dans le domaine militaire, l’entreprise suisse développe aussi des systèmes de civières pour les véhicules blindés ATF Dingo. Sur le site d’Ennetbürgen que nous visitons se trouvent les activités commerciales, de développement, d’approvisionnement, d’usinage des composants et d’assemblage de ceux-ci. C’est aussi là que se situe le siège social de la compagnie. Mais celle-ci dispose aussi d’un centre de finition situé à Dübendorf, juste à côté du Flieger Flab Museum dont je vous parlé il y a quelques jours lors de notre passage par Zürich. Enfin, Aerolite, qui compte une centaine d’employés, est aussi présente à Donnauwörth en Allemagne et à Fort Mill en Caroline du Sud aux États-Unis pour assurer une certaine proximité avec sa clientèle. La qualité de finition et la précision d’usinage de certains éléments, comme des planchers pour hélicoptères médicaux EC135, nous ont beaucoup impressionné lors de notre visite à Ennetbürgen.

Brochure au sujet d'Aerolite (PDF).

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.

L’auteur tient à remercier messieurs Andre Hostettler, Omar Brändli et Joël Rodrigue pour l’organisation de cette très belle visite des installations d’Aerolite à Ennetbürgen.


Bell 407GX en levage à Kriens

23 mars 2014

 

11 mars 2014. Avant de nous rendre à notre premier rendez-vous de la journée chez Aerolite à Ennetbürgen, nous prenons un petit déjeuner au McDonald (et oui, ça m’arrive des fois …) de Kriens, près de Lucerne. Lorsque nous sortons du restaurant (définition à revoir malgré tout), j’entends le son d’un hélicoptère. Un peu plus loin, en effet, le nouveau Bell 407GX d’Alpinlift (HB-ZNW) effectue du levage d’éléments de construction ainsi que du béton. Un bref trajet en voiture nous rapproche du chantier et avec les quatre étudiants de mon groupe, nous commençons à "immortaliser" l’événement malgré le contre-jour. Il y a deux ans, j’avais effectué un petit reportage photo au sujet du Lama (HB-ZGP) de cette compagnie, mais depuis, elle a acquit ce Bell 407 de dernière génération. L’heure de notre rendez-vous approchant, nous sommes forcés de quitter les lieux sans avoir pu rencontrer quelqu’un d’Alpinlift. Ce sera très certainement pour une prochaine fois.

Photos : Bell 407GX HB-ZNW - Lama HB-XGP.

Information précédente au sujet d'Alpinlift.

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.


Alpnach

22 mars 2014

 

10 mars 2014. En ce beau lundi matin ensoleillé, nous sommes tout d’abord invités par la RUAG pour effectuer une visite complète des installations de maintenance d’hélicoptères située sur le site de la base militaire d’Alpnach. Il s’agit pour moi de la seconde visite des lieux et je suis toujours impressionné par la propreté et l’organisation des ateliers et hangars. Dans ces derniers, nous observons, bien entendu, des Cougar, Super Puma et EC635 des Forces Aériennes Suisses. Mais la RUAG étant ouverte également aux clients civils d’hélicoptères, nous notons également la présence d’un Super Puma des Gardes-frontières finlandais, un appareil dégivré et muni d’un pilote automatique à quatre axes, un Écureuil B2 de l’administration de l’aéronautique suisse ainsi qu’une vénérable Alouette II (HB-XYB) un peu inattendue en ce qui me concerne. Après avoir pris un très bon repas à la cantine de la RUAG, nous poursuivons, en après-midi, avec la visite de la base militaire proprement dite. La construction des nouveaux hangars est maintenant quasi achevée et nous nous faisons expliquer à peu près tout au sujet des trois modèles d’hélicoptères équipant les Forces Aériennes Suisses déjà mentionnés. Nous profitons également de quelques appareils en mouvement et de la belle lumière pour prendre de bonnes photos traduisant l’activité régnant sur la base ce jour-là.

Photos : Hélicoptères des Forces Aériennes - Alouette Swiss - Base d'Alpnach.

Information précédente au sujet d'Alpnach.

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.

L’auteur tient à remercier l’Oberst Albert Ulrich ainsi que messieurs Andreas Baumann, Stefan Bürki et Jürg Nussbaum de même que nos deux guides militaires pour cette très belle journée fort intéressante passée à Alpnach.

 

Pierre GILLARD: Switzerland - Forces Aériennes &emdash; 2014-317125 

T-334 Eurocopter AS532UL Cougar MSN 2534, Swiss Air Force - Alpnach - LSMA - 10-03-2014.

Cliquez sur la photo pour obtenir une image en pleine grandeur.


Le Flieger Flab Museum à Dübendorf

20 mars 2014

 

9 mars 2014. En route vers Zürich, nous nous arrêtons à la base de Dübendorf où se situe un très beau musée de l’aviation suisse. Un inventaire assez complet d’avions et d’hélicoptères militaires s’y trouve exposé y compris un des prototypes de l’avion de chasse P-16 abandonné par la suite, mais dont les ailes ont été reprises par LearJet pour développer ses premiers jets d’affaires des modèles 23 et 24. Pour l’amateur d’Alouette que je suis, l’Alouette II V-49 est accrochée au plafond de la Halle 2. À côté d’un Hiller et d’un Djinn se trouve également une cellule avec un plancher et une transmission d’Alouette II, mais avec un rotor anti-couple d’Alouette III. Dans une vitrine de la belle exposition de matériel avionique se trouve aussi des équipements radio qui gréaient les Alouette militaires suisses. Je vous propose donc quelques photos prises dans ce musée qui vaut le détour. Mais ayant travaillé rapidement et sans trépied, vous ne trouverez que mes clichés les plus significatifs. Un jour, je retournerai au Flieger Flab Museum avec un trépied et sans fatigue due au décalage horaire !

Photos : Avions - Alouette - JU-Air.

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.


SR Technics et l’aéroport de Zürich

19 mars 2014

 

9 mars 2014. À peine débarqués de l’avion en provenance de Montréal, nous avons rendez-vous à l’aéroport de Zürich pour une visite guidée des installations de SR Technics qui fut, autrefois, la branche maintenance de la défunte Swissair. Nous rencontrons notre guide, Dominik, qui a remplacé sur le champ et un dimanche matin de bonne heure un collègue malade et qui est, lui aussi, photographe passionné d'aviation. Munis de gilets fluorescents et de badges d’identification, nous passons les contrôles de sécurité et nous embarquons à bord d’un minibus en direction des hangars. En chemin, nous voyons deux Airbus A340 de Swiss International Air Lines en cours de préparation pour leur prochain vol. Notre visite débute par le centre de maintenance des moteurs CFM-56 et Pratt & Whitney PW4000 pour continuer par les trois grandes baies destinées à l’entretien des avions. En cours de route, nous nous arrêtons brièvement pour voir un Airbus A320 en phase de peinture. Nous visitons un A340 de Swiss International Air Lines, que l’on nous présente comme étant un ancien appareil d’Air Canada, et puis, dans le hangar suivant, nous faisons le tour de deux A321 de la compagnie helvétique. Un professeur restant un professeur, j’en profite pour poser quelques questions au sujet des antennes visibles et des prises AC à mes étudiants ! Dans la dernière baie, nous voyons un A330 de Lufthansa, dont la cabine est en cours de modernisation, ainsi que deux appareils de Qatar Airways, un A320 et un A330. Nous sortons ensuite pour aller voir et surtout photographier un A310 privé du Qatar (A7-AFE), un MD11 de la compagnie Avient Aviation (Z-BVT), entreposé et attendant son sort dans une aire d’essais moteurs prévue pour ce type d’appareil et, enfin, cerise sur le gâteau, le Super Constellation de Breitling (HB-RSC) pour lequel SR Technics est un des commanditaires importants. Une fois rendus là, Dominik nous propose d’attendre le décollage de l’A380 de Singapore Airlines (9V-SKR), ce qui me permet de photographier cet avion dernier cri survolant un ancêtre, malgré tout pimpant. Nous reprenons ensuite un autobus en direction de l’aérogare et notre guide nous quitte sur la très belle terrasse publique de l’aéroport. Nous contemplons encore les avions durant quelques minutes avant d’aller chercher nos véhicules pour la suite du voyage.

Photos : SR Technics - L.1049 Breitling - Swiss International Air Lines - Aéroport de Zürich.

Autres photos prises à Zürich : Avient - British Airways - Edelweiss - Niki - KLM - Qatar Amiri Flight - Singapore Airlines - Turkish Cargo.

Photos du groupe Exploration ÉNA.

Vidéo réalisée par les étudiants.

Photos de Dominik Terziyan sur Airliners.net.

Information précédente au sujet d'Exploration ÉNA.

L’auteur tient à remercier messieurs Felix Latzer et Dominik Terziyan pour l’organisation de cette magnifique matinée passée dans les installations de SR Technics.

Pierre GILLARD: Lockheed L.1049 Super Constellation &emdash; 2014-224582 

HB-RSC Lockheed L.1049F (C-121C) Super Constellation MSN 4175, Breitling Jet Team & 9V-SKR Airbus A380-841 MSN 082, Singapore Airlines - Zürich - LSZH - 09-03-2014.

Cliquez sur la photo pour obtenir une image en pleine grandeur.


Sur les ailes de Swiss International Air Lines

18 mars 2014

 

Pour la troisième fois, j’accompagne des étudiants d’un groupe "Exploration ÉNA" du 8 au 16 mars 2014. Après le Maroc et la Chine, cette fois-ci, c’est la Suisse qui est notre destination. Pour nous rendre à Zürich depuis Montréal, nous volons en classe économique à bord d’un Airbus A330-300 (HB-JHB) de Swiss International Air Lines. Je trouve le confort de celui-ci un petit peu moins bien (mais à peine) que celui des appareils du même type d’Air Transat et bien que l’avion soit très récent, il ne dispose pas de l’éclairage Mood Light. Par contre, à l’exception du son qui est de piètre qualité, le système de divertissement individuel est le meilleur que j’ai eu l’occasion de voir avec une panoplie incroyable de films et de jeux accessibles grâce à une manette que l’on peut extraire de l’accoudoir de son siège. Les six heures cinquante minutes que dure notre vol passent donc très vite à regarder le film "Gravity" (décevant) et à jouer à Tetris, un jeu que je n’avais pas pratiqué depuis des années ! Les deux repas sont très bons, mais n’égalent toutefois pas ceux que j’avais savourés avec Hainan Airlines. Quant au service, il est tout à fait correct et dans la norme. Notre retour a lieu le dimanche 16 mars 2014 au départ de Genève, l’aéroport que je fréquente le plus ces dernières années après ceux de Bruxelles et de Montréal. Pour rejoindre notre escale de Zürich, nous effectuons un bref vol de 36 minutes à bord de l’Airbus A320 HB-IJD. Au moment du départ, coïncidence, l’Airbus A319 OO-SSC de Brussels Airlines aux couleurs de Star Alliance est stationné juste à côté de notre avion. J’avais volé à son bord l’été dernier entre Vilnius et Bruxelles. Une fois arrivés à Zürich, nous passons au terminal E pour attendre notre vol vers Montréal. Je constate qu’il manque cruellement de places assises à un endroit d’où partent des avions de 250 passagers et plus; serait-ce une stratégie pour vous faire déambuler dans les nombreuses boutiques chics et chères de l’aérogare ? Notre vol de retour vers Montréal a lieu à bord de l’Airbus A330 HB-JHK dans de très bonnes conditions et dure sept heures et 45 minutes, de quoi regarder pas moins de trois films; moi qui ne vais que très occasionnellement au cinéma, je peux ainsi me rattraper !

Photos des avions de Swiss International Air Lines.


À Dorval

17 mars 2014

 

Dans le billet précédent, je vous avais parlé de la venue du Gulfstream G450 à Dorval le 6 mars dernier. Avant d’effectuer ce reportage, j’avais été passer une heure au Parc Jacques-de-Lesseps pour n’y voir, finalement, que du trafic bien ordinaire à l’exception, toutefois, de deux avions : un Beechcraft Super King Air 350 militaire non identifié, car trop loin, ainsi que le CL605 Challenger C-GVEY de Bombardier dont l’immatriculation a été radiée le jour même et l’avion exporté aux Pays-Bas depuis. Deux jours plus tard, j’étais de retour à Dorval, mais, cette fois-ci, pour prendre un vol à destination de Zürich. Derrière les baies vitrées de la zone internationale, j’ai ainsi vu et photographié plusieurs avions en location pour la saison d’hiver dont les deux Boeing 737-800 loués par CanJet chez JetairFly en Belgique (C-GLBG et C-GVAQ), le 737-800 d’Air Transat loué chez Transavia France (F-GZHD) ainsi que deux 737-800 de Sunwing loués en République Tchèque chez Travel Service (C-GVVH et OK-TVS). Pour le reste, il s’agissait du trafic habituel incluant un Airbus A320 d’Avion Express tout blanc (LY-VER) volant pour Cubana.

Photos : Air Canada - Air Canada Express - Bombardier - Air Transat - Jazz - Skyservice - Sunwing - Transports Canada - Westjet - Avion Express - American Airlines - Delta - United - US Airways - Véhicules aéroportuaires.

Information précédente au sujet de Dorval.


Le Gulfstream G450 présenté à l’ACAA

7 mars 2014

 

Ce jeudi 6 mars 2014 se tenait la réunion des membres de l’Association canadienne d’aviation d’affaire (mieux connue sous son acronyme anglophone CBAA) dans les locaux de la compagnie Starlink Aviation à Dorval. Pour la première fois depuis longtemps, mon horaire à l’ÉNA me permettait d’y assister et le déplacement en valait la peine puisque l’invité d’honneur de la conférence était Gulfstream Aerospace. Ce manufacturier d’avions d’affaires, membre du groupe General Dynamics, s’était déplacé pour l’occasion avec un G450, un des fleurons de sa gamme. Je n’ai donc pas manqué l’occasion de le photographier tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Un des aspects qui m’a beaucoup intéressé est, bien entendu, son avionique dernier cri. Le pilote de l’avion m’a d’ailleurs fait quelques démonstrations des différentes possibilités d’affichage des systèmes EFIS de toute dernière génération. J’ai aussi noté que, contrairement aux deux Bombardier CL601 Challenger dont nous disposons à l’ÉNA, la grande majorité des systèmes avioniques du G450 peuvent être alimentés par la prise de parc DC, ce qui permet d’éviter l’usage d’un encombrant et onéreux groupe de parc AC lorsque l’on doit effectuer de simples tests des différents systèmes de radiocommunication ou de radionavigation. Mais, de manière générale, j’ai été surtout impressionné par tous les aspects de la qualité de la finition intérieure de l’avion. Je devrais vous en dire un petit peu plus dans le cadre d’un reportage qui sera diffusé d’ici quelques jours sur le nouveau site Internet du magazine Plein Vol, car, enfin, pourrait-on dire, celui-ci reprend son envol.

Photos du G450 et de la conférence.

Informations au sujet du G450.

Information précédente au sujet de l'ACAA.

L’auteur tient à remercier Madame Jenny M. Rogers ainsi que messieurs David Bruneau, Leo Knaapen et Giovanni Pipino pour l’organisation de la séance de prises de vues du G450.


Alpine Helicopters

5 mars 2014

 

Lorsque je suis passé de l’argentique au numérique en 2005, il n’existait pas vraiment de sites accessibles pour placer ses photos personnelles. J’ai donc commencé à en proposer à Airliners.net, AviacionCR et Jetphotos.net, mais c’est évident qu’elles ne pouvaient pas toutes être acceptées. C’est seulement quelques années plus tard que j’ai pu mettre l’ensemble de mes photos sur Fotopic, d’abord, et Zenfolio, ensuite. Entre-temps, beaucoup d'images prises essentiellement entre 2005 et 2007 n’ont jamais été diffusées. En voici donc une première série au sujet de la compagnie Alpine Helicopters, une des plus importantes de l’Ouest canadien. Elles ont été prises à Canmore, AB, à Banff, AB, ainsi que dans le Parc national du Kootenay, BC. Bien que j’ai eu l’occasion de visiter la base principale d’Alpine à Kellowna, BC, en 2005, je n’y ai pas pris de photos. Par contre, j’avais photographié une flopée de Bell 212 lors d’une première visite à celle-ci en décembre 1995, mais c’était alors en argentique. De temps à autre, à l’avenir, je devrais vous sortir d’autres de ces photos "oubliées".

Photos au sujet d'Alpine Helicopters.


Premier vol du FTV3

4 mars 2014

 

Photo : Bombardier

C’est hier, le 3 mars 2014, que le troisième prototype du Bombardier CSeries a effectué son premier vol à Mirabel. Voici quelques communiqués et informations à ce sujet :

L’appareil CSeries FTV3 prend son envol et se joint aux FTV1 et FTV2 dans le programme d’essais en vol (Bombardier).

Third CSeries aircraft enters flight test (Flight Global).

Site du CSeries.

Information précédente au sujet du CSeries.


Nostalgie … Bell 206 Jet Ranger

2 mars 2014

Pour me changer un peu des Alouette et des Lama, j’ai commencé hier a établir l’inventaire de mes diapositives de Bell 206 Jet Ranger, le premier hélicoptère sur lequel j’ai eu l’occasion de travailler en 1986 chez Publi-Air à Grimbergen, près de Bruxelles. Bien entendu, au passage, j’ai sélectionné quelques clichés intéressants que j’ai numérisés et dont je vous propose aujourd’hui quelques exemples. Nous débutons cette série avec le Bell 206 ayant le plus petit numéro de série que j’ai dans ma collection : il s’agit du numéro 35 opéré entre 1982 et 1991 par Frontier Helicopters avec l’immatriculation C-GHSH. Il a été radié de la matricule canadienne par son dernier propriétaire, Conair, le 22 avril 1998. Selon le registre de la FAA, il volerait toujours pour Alpine Helicopter Service dans le comté de San Joaquin en Californie avec l’immatriculation N118BA.

Pierre GILLARD: Canada - Frontier Helicopters &emdash; 005799 

C-GHSH Bell 206B Jet Ranger II MSN 35, Frontier Helicopters.

Au début septembre 1983, mon copain de classe Didier et moi avions décidé de nous rendre à Londres. Bien entendu, il y avait un volet "aviation" à ce voyage et parmi les lieux d’intérêt que nous avons visités, il y a avait cet héliport installé sur une barge amarrée le long de la berge sud de la Tamise non loin du pont Blackfriars. Il n’est resté en activité que peu de temps, ce qui fait que les photos prises à cette occasion sont réellement historiques. Il y avait trois emplacements permettant l’atterrissage d’hélicoptères de la taille du Bell 206. Les bureaux étaient installés dans la calle de la barge. Je me souviens que nous avions eu du mal à trouver l’accès à l’héliport. En fait, il était situé dans un porche donnant accès à un vieil entrepôt et son entrée était protégée par une porte grillagée. Une sonnette équipée d’un parlophone permettait de communiquer avec l’exploitant. Lorsque nous avons appuyé sur la sonnette, nous avons entendu un message incompréhensible, mais la porte s’est ouverte. Une fois sur la barge, un préposé nous a accueilli et permis de prendre les photos des trois Jet Ranger présents à ce moment-là. Vu l’étroitesse des lieux, le grand-angle était de mise ! Voici donc le Bell 206B numéro 36 et immatriculé G-BAML appartenant au propriétaire de la barge, Star Aviation. Cet hélicoptère sera détruit le 30 mai 2003 lors de manœuvres effectuées à proximité du sol près de Crag Lough.

Photo de l'héliport sur le forum PPRuNe.

Pierre GILLARD: United Kingdom - Star Aviation &emdash; 005800 

G-BAML Bell 206B Jet Ranger II MSN 36, Star Aviation - London Star Aviation Heliport (Thames River) - 06-09-1983.

Parmi les hélicoptères difficiles à photographier en Belgique à l’époque, il y avait ce Bell 206A Jet Ranger appartenant à Western Air Trading et basé à Amougies. Il était immatriculé avec les initiales de son propriétaire, Jean-Marie Guisset et, particularité de cet hélicoptère, il était équipé d’un klaxon à dépression de camion; on peut, d’ailleurs, l’apercevoir en dessous de l’appareil, juste après l’antenne VOR. Un certain pilote, probablement un peu plus "gamin" que les autres, en abusait d’ailleurs régulièrement ! Ce Jet Ranger est photographié à Grimbergen en septembre 1987 alors qu’il était opéré par Publi-Air.

Pierre GILLARD: Belgium - Western Air Trading &emdash; 005901 

OO-JMG Bell 206A Jet Ranger MSN 179, Western Air Trading - Grimbergen - EBGB - 20-09-1987.

Le OO-JMG a ensuite été définitivement opéré par Publi-Air. On le voit ici en avril 1989 au terme d’un réglage du balancement des pales peu après une remise à neuf incluant une nouvelle peinture blanche. Il porte de grands titres de la télévision flamande VTM car il a ensuite servi, dans la foulée, à effectuer des prises de vues aériennes. J’ai d’ailleurs participé comme passager à un de ces vols, le seul que j’effectuerai à bord de cet hélicoptère, car peu de temps après, il a été endommagé suite à une autorotation manquée à Grimbergen. L’épave a été revendue à Heli Holland qui a reconstruit l’appareil (PH-HRH) avant qu’il ne soit à nouveau détruit suite à une séparation d’une aube de turbine en vol.

Pierre GILLARD: Belgium - Publi-Air &emdash; 005902 

OO-JMG Bell 206A Jet Ranger MSN 179, Publi-Air/VTM - Grimbergen - EBGB - 21-04-1989.

Revenons au Canada avec le Bell 206 C-GADI d’une compagnie emblématique des années 1970 : Les hélicoptères les Ailes du Nord. Il est photographié en juin 1977. Si j’ai pu trouver qu’il avait volé dans le passé pour Petroleum Helicopters avec l’immatriculation N4785R, je n’ai, par contre, aucune information de ce qu’il est devenu.

Pierre GILLARD: Canada - Northern Wings Helicopters - Les hélicoptères les Ailes du Nord &emdash; 005903 

C-GADI Bell 206 Jet Ranger MSN 277, Northern Wings Helicopters-Les hélicoptères les Ailes du Nord - Canada - 06-1977.

Alors que mon frère vivait à San Francisco, j’avais été le rejoindre durant mes congés en septembre 1991. Parmi les endroits de la région qui ont été visités, il y avait Sausalito situé de l’autre côté du célèbre pont du Golden Gate. C’est là que j’ai photographié le Bell 206B N647L appartenant à Commodore Helicopters et volant pour la radio KGO 810. Cet hélicoptère volerait encore à l’heure actuelle en Alaska avec l’immatriculation N206WF.

Pierre GILLARD: United States of America - Commodore Helicopters &emdash; 005915 

N647L Bell 206B Jet Ranger II MSN 1135, Commodore Helicopters/KGO Radio 810 - Sausalito, CA - 06-09-1991.

Photographié par mon ami français Eric Bannwarth en août 1988 au Service aérien gouvernemental à Québec, le Bell 206B C-FPQR qui volait, alors, pour la Sûreté du Québec. Il appartient maintenant à la compagnie Transport Nordest Sudouest de Saint-Édouard où il est exploité sous statut privé.

Pierre GILLARD: Canada - Sûreté du Québec &emdash; 005920 

C-FPQR Bell 206B Jet Ranger II MSN 1263, Gouvernement du Québec, Service Aérien Gouvernemental, Sûreté du Québec - Québec, QC - CYQB - 08-1988.

Information précédente au sujet des numérisations de diapositives.

Cliquez sur les photos pour obtenir des images en pleine grandeur.


Page suivante - Fin


© Pierre GILLARD 2005-2014